Spread the love
Hélène_aholou_kèkè
La Pdte Hélène Aholou victime d’une campagne d’intoxication

Depuis quelques jours, des personnes malintentionnées s’acharnent contre le député Hélène Kêkê Aholou en distillant dans la presse des informations sur un prétendu non-versement de la totalité du montant d’un demi-milliard payé par le marabout Mohamed Cissé à l’Etat béninois. Ces informations, loin d’ébranler l’Honorable Hélène Kêkê Aholou, montrent plutôt les limites d’une cabale gratuite orchestrée par un régime en perte de vitesse.

Les commanditaires de cette cabale font croire que le cabinet de Kêkê Aholou a détourné un demi-milliard, sur un milliard payé par le tristement célèbre Mohamed Cissé au profit de l’Etat béninois. Il s’agit là d’une campagne d’intoxication dont le but est de discréditer cette personnalité politique qui désormais, a tourné dos au régime Yayi. Il s’agit en réalité d’une affaire de compensation prévue par les textes, entre les fonds dont il est question et les sous que l’Etat béninois devraient payer, depuis plusieurs décennies à l’avocate Hélène Kêkê Aholou au titre de règlement de ses honoraires dans le traitement des dossiers des débiteurs des anciennes banques d’Etat du Bénin. Ainsi, après la mission de 2008 tendant à récupérer les fonds recouvrés au Sénégal par Maître Hélène Kêkê Aholou et qui étaient restés dans ce pays, une compensation partielle a été opérée entre la somme d’un milliard et les honoraires que l’Etat béninois doit à ce cabinet. Malgré cela, à la date d’aujourd’hui, tout le travail effectué par l’avocat ne lui a pas été payé. L’Etat béninois lui doit encore des honoraires. Qu’il vous souvienne que déjà en 2011, cette affaire avait été agitée dans la presse. De même, une saisie sur le compte du cabinet a été abusivement faite. L’ordre, en son temps venant de « très haut ». Le compte a été débloqué quelques semaines après toujours sur ordre venant de « très haut », puisque tout cela était abusif et illégal. Face à cet état de choses, on peut constater que la candidate Hélène Kêkê Aholou fait suffisamment peur pour que l’on décide de la discréditer dans la presse. On constate aussi que c’est à la veille des élections législatives que l’on ressort cette affaire de demi-milliard qui n’en n’est pas une, pour laisser croire à un détournement.

Thobias G. Rufino (Br Ouémé/Plateau)