Spread the love

ICC-SERVICESLa 28ème journée pour le compte du procès Icc-Service a eu lieu ce jeudi 31 janvier 2019 à la Cour de répression des infractions économique et du terrorisme. Une seule personne morale et pas des moindre étaient à la barre. Il s’agit de l’Etat béninois représenté par l’Agent judiciaire du trésor Ajt. Au terme de cette journée, le procès a été prorogé d’une semaine.   

L’État béninois a fait sa déposition à la barre devant les membres de la Criet à Porto-Novo. D’après les propos de l’agent judiciaire du trésor, cette affaire Icc-Service a créé assez de préjudice à l’Etat. D’abord elle a rendu paresseux ses bras valides et lui a de ce fait créé des manques à gagner a dit l’Ajt Irénée Accrombessi qui a évoqué également la dé crédibilisation de l’image du pays à l’international. L’autre préjudice est le non-paiement des  impôts par les promoteurs de la structure a notifié le procureur spécial Gilbert Togbonon. Pourquoi l’Etat a-t-il mis du temps pour réagir ? « La crise a éclaté en 2010 soit quatre ans la naissance de Icc-Services. C’est en ce moment que  nous avons été informés et l’Etat n’a pas donné un agrément à la structure. L’agrément délivré à une structure vaut caution de l’Etat » a répondu l’Ajt. Irénée Accrombessi est aussi revenu sur le solde actuel de la structure Icc-Services. D’après ses explications, le solde est exactement de 575 millions 596 mille 781 francs Cfa. Un montant qui serait issu des dégels des comptes des banques primaires et de la première vente aux enchères des biens meubles des promoteurs de Icc-Services et des dépôts directs des libéralités restituées par tierces personnes. La responsabilité de l’Etat béninois serait engagée dans cette crise selon les avocats des victimes qui réclament que le rapport du Fonds monétaire international Fmi sur l’affaire Icc-Service soit communiqué à la cour. L’Ajt va prendre l’engagement de faire rechercher ledit rapport. Un délai de 24 heures lui a donné pour satisfaire à cette obligation. On a Une nouvelle date pour les plaidoiries. C’est lundi prochain. Une reprogrammation qui est intervenue à la fin des débats de ce dernier jour de la deuxième ordonnance de prorogation du procès. Le procès se poursuit jusqu’au jeudi prochain.

Marcus Koudjènoumè