Spread the love

ICC-SERVICESLe procès Icc-Service s’est poursuivi ce lundi 28 janvier 2019 à la cour de répression des infractions économiques et du terrorisme de Porto-Novo. Plusieurs spoliés sont passés à la barre pour expliquer les conditions dans lesquels ils ont mordu à cette vaste escroquerie au cours de cette 26 ème journée d’audience. On note dans le rang des déposants une victime qui a perdu 115 millions de francs Cfa.

Le nommé Honoré Aklou Guimbite, Chef d’entreprise, enseignant et consultant en finance vivant au Gabon a vendu deux carrés à Port-Gentil pour opérer un placement de 115 millions par personne interposée. L’intéressé déclare n’avoir reçu aucun intérêt car ayant opéré en mode compte bloqué et devrait percevoir au bout d’un an la somme de 360 millions de francs Cfa y compris le montant de départ. Au bout des 12 mois qui ont suivi son dépôt, il rentre au pays, son intermédiaire lui remet son carnet en lui notifiant que tous les promoteurs de Icc-Service sont désormais en prison.  Honoré Aklou Guimbite déclare avoir cédé en plaçant son économie vu les accointances des promoteurs avec le régime défunt relayé par des chaînes de télévisions et la confiance qu’il plaçait en ses frères en christ. Appelé à la barre pour certifier le carnet que présente la victime, Emile Tègbénou ne reconnait pas avoir connaissance d’une telle forme de dépôt à long terme et met également en doute l’authenticité du carnet pour défaut de cachet et de signature. Pour éviter que les débats ne s’enlisent, la Cour a instruit chaque avocat à prendre en compte les déclarations dans sa plaidoirie. A L’ouverture de l’audience, le ministère public a interrogé Guy Apklogan, Emile Tègbénou et Etienne Tihoundjro pour avoir des précisions un peu comme dans une attribution de responsabilité. Le procureur spécial, Gilbert Togbonon voulait savoir qui a fait quoi dans cette affaire et qui a eu surtout idée de la nébuleuse. Guy Akplogan a répondu être l’auteur de la création de Icc-Service.

Marcus Koudjènoumè