Spread the love
MAXIME-OKOUNDE
Le Front de Maxime Okoundé, souhaite un réaménagement du calendrier scolaire

Le calendrier scolaire réaménagé se fait attendre. Ce dysfonctionnement amène certains directeurs de collèges à fixer de manière fantaisiste la date des évaluations, foulant au pied les 4 à 6 semaines d’enseignement exigées. Le Front appelle les autorités à produire au plus tôt le calendrier scolaire.

 Communiqué de presse

Sur le réaménagement du calendrier scolaire

Suite au dénouement de la crise de l’école matérialisé par la rencontre du 18 novembre 2015 avec le Président Yayi Boni, le relevé 19 novembre 2015 et la signature des décrets n°592 et 593 portant respectivement statuts particuliers des personnels enseignants du second degré et du premier degré, le Front a suspendu sa motion de grève de 96 heures et a appelé à la reprise effective des activités pédagogiques dès le lundi 30 novembre 2015. Mais, depuis lorsque constate-t-on ? Le Front fait remarquer ce qui suit :

  1. Les enseignants attendent avec impatience le réaménagement du calendrier scolaire pour fixer tous les acteurs de l’école et les structures organisatrices des examens nationaux ;
  2. L’absence du calendrier scolaire réaménagé a entrainé, d’une école à l’autre, d’un établissement secondaire à l’autre, d’une direction départementale à l’autre, unegrande pagaille avec des programmations fantaisistes d’évaluations avec deux séances hebdomadaires de cours alors que la norme pédagogique minimale est de quatre à six semaines de cours effectifs. Les devoirs ainsi programmés pour le lundi 14 décembre sont anti-pédagogiques et exposent les apprenants, qui ne le méritent pas, à de graves échecs. On ne peut les tenir qu’après une masse de cours requise, donc au retour des congés de noël. Toute autre attitude relève de l’incurie administrative ;
  3. Les enseignants qui, de bonne foi et avec conscience professionnelle, prennent leur part de sacrifices en rattrapant un tant soit peu le temps perdu pendant les heures de repos et jours fériés constituent la minorité. On ne peut tabler sur cette réalité aléatoire et informelle pour ne pas retoucher le calendrier scolaire amputé de six semaines du fait de la grève légitime des enseignants consécutive au dysfonctionnement du dialogue social ;
  4. Le Front souhaite un réaménagement formel du calendrier scolaire afin que les activités pédagogiques se déroulent suivant les normes légales admises pour le grand bonheur des apprenants et pour une année scolaire2015-2016 apaisée et améliorée.
  5. Le Front est disponible pour accompagner toutes les mesures qui permettront le respect des engagements pris dans le cadre du relevé du 19 novembre 2015 et du moratoire de 60 jours qui court du 1er décembre 2015 au 31 janvier 2016.
  6. Toute indolence et attitude de fuite en avant voire de manœuvres dilatoires du Gouvernement ne feraient qu’entrainer perte de temps et échecs massifs des apprenants en fin d’année. Le Front ne sera pas comptable de ces échecs là ;
  7. Le dégel durable et la continuité de la reprise effective des cours observée depuis le 30 novembre 2015 dépendent de la manifestation de la bonne foi du Gouvernement. En conséquence, le Front salue les enseignants pour la reprise disciplinée, même si tous les problèmes ne sont pas résolus, et les exhorte à rester mobilisés pour la mise en œuvre des accords et la lutte contre l’échec scolaire.

 Seule la lutte paie !!!

 Fait à Cotonou, le 09 décembre 2015

 Pour le Front, Les Porte-parole,

 Francis Maxime

Okoundé Albert

Akinotcho