Spread the love
talon29-16
L’équipe du président Talon travaille méthodiquement

Le gouvernement du président Patrice Talon procède à la relance du secteur agricole. Désormais, ce secteur qui occupe la majorité des Béninois est organisé en pôles. L’objectif est de favoriser un véritable essor de l’Agriculture pour contribuer de façon substantielle au produit intérieur brut.

Le gouvernement refuse de naviguer à vue. Il entend agir de façon méthodique afin d’impacter efficacement le plus grand nombre de Béninois. Dans cette perspective, le territoire national a été divisé en sept pôles agro-géologiques en tenant compte des activités qui occupent naturellement les nombreuses populations des campagnes. Dans le plan structurel mis en place pour relever l’économie béninoise, d’importantes réformes  visent le secteur agricole qui contribue, selon les sources et les années, à environ 40% du produit intérieur brut. A cet effet, le gouvernement a  adopté un  cadre institutionnel du secteur agricole. Il y est prévu dans les 5 années à venir un plan d’investissements massifs pour une agriculture de grande envergure. Pour porter cette ambition, il faut mettre en place un nouveau dispositif d’administration du secteur agricole et d’accompagnement des acteurs des filières et du monde rural. En dehors de l’agriculture où l’attention est souvent focalisée sur la culture du coton, le gouvernement du président Patrice Talon, pense aux éleveurs et pêcheurs. L’Exécutif se préoccupe de la diversification agricole pour promouvoir et développer de nouvelles filières. D’où l’importance de sept pôles de développement agricole.
 Une cartographie stratégique
 Une carte agricole a été définie pour permettre au secteur agricole de mieux recevoir les investissements. Les sept pôles déterminés  ont des spécificités qui tiennent compte des zones agro-écologiques. Ainsi le premier pôle constitué de la vallée du Niger est une zone à vocation rizicole. Il s’agit des communes de Karimama et Malanville dont les plaines inondables et de bas-fonds sont favorables, entre autres, à la production du riz, de l’oignon et du piment. Le deuxième pôle couvre un vaste territoire, véritable bastion cotonnier. Il s’agit du sud du département de l’Alibori (Kandi, Banikoara, Ségbana et Gogounou) ainsi que du Borgou-nord (avec les communes de Bembèrèkè, N’Dali, Sinendé, Kalalé et Nikki) et des communes de Kérou, Kouandé et Péhunco, dans l’Atacora-Est.Le 3ème pôle repose sur l’Atacora-Ouest constitué des communes de Matéri, Cobly, Tanguiéta, Toucountouna et Boukombé, puis du Borgou-Sud avec les communes de Pèrèrè, Parakou et Tchaourou et enfin de la Donga constituée de Copargo, Djougou, Ouaké et Bassila. Ce 3ème pôle est une zone de diversification agricole par excellence. On y cultive aussi bien le coton que les produits vivriers. Il faut observer que les trois premiers pôles détiennent le gros du cheptel bovin et caprin.
 Le Bénin moyen et  le Sud
 Le 4ème pôle du secteur agricole est représenté par la région des Collines. Comme au niveau du 3ème pôle, il se pratique une diversification agricole dont le coton et les produits vivriers avec une spécificité sur l’anacarde. Le pôle 5 prend en compte le Zou et le Couffo. C’est une zone à vocation arboricultures vivrières. Le 6ème pôle est représenté par le Plateau spécialisé dans la diversification  agricole du palmier à huile et produits vivriers. Enfin, le septième pôle est constitué de l’Ouémé, l’Atlantique et le Mono. Il s’agit d’une zone de pêcherie et de maraîchage. Sans oublier le Littoral, même si sa production en produits maraichers est marginale, le Littoral joue un rôle dans l’activité de pêche avec ses eaux lagunaires et surtout maritimes.
 Jean-Claude Kouagou