Spread the love
jacques migan
Le gouvernement tient à relever le défi de l »eau potable, selon Jacques Migan

La politique gouvernementale pour atteindre la couverture de 100% en eau de base d’ici à 2021 force l’admiration du président du Front des républicains pour le développement de la capitale (Frd). Dans cette réflexion, l’ancien bâtonnier rabat le caquet à ceux qui accusent le Pouvoir en place de ne pas faire du social. Chiffres à l’appui, Jacques Migan, démontre que l’accès à l’eau potable pour tous, constitue un défi primordial que le gouvernement Talon tient à relever. Lire ci-dessous, son analyse intitulée : « Le défi de l’eau potable par le gouvernement du président Patrice Talon ».

Depuis le début de son mandat, l’une des critiques les plus récurrentes que l’opposition fait à tort au régime du Président Patrice Talon, c’est de délaisser le volet social pour ne se préoccuper quasi-exclusivement que des réformes institutionnelles.

Or, certains  axes majeurs du volet social constituent la priorité du Programme d’actions du gouvernement du président Patrice Talon. Le social, ce n’est pas que les microcrédits, ce n’est pas non plus que la formation professionnelle : c’est l’accès à l’eau, à l’eau potable pour tous aussi.

Ainsi, le gouvernement du Bénin, dans la droite ligne de la réalisation des Objectifs de développement durable (Odd), ambitionne d’atteindre une couverture de 100% pour l’approvisionnement en eau de base d’ici à 2021. Pour atteindre ces objectifs, le Bénin aura besoin de plus de 700 milliards de FCfa, ainsi que des investissements beaucoup plus importants à moyen terme.

Quelques données chiffrées permettent d’apporter la preuve que l’accès à l’eau potable pour tous, constitue un défi primordial que le gouvernement du président Patrice Talon tient à relever.

En effet, depuis 1960, un peu plus de 600 adductions d’eau villageoise ont été réalisées au Bénin. Pour la période 2018-2019, il est envisagé d’en réaliser 166, soit approximativement le tiers de ce qui a été réalisé en 58 ans d’indépendance.

La réalisation de ces infrastructures en milieu rural tiendra compte de l’équilibre géographique des départements et de la densité des populations rurales.

C’est ainsi que les dispositions sont déjà prises par le Gouvernement du Président Patrice Talon pour rendre effectif  l’accès à l’eau potable pour toutes les populations de Dassa, Glazoué, Savè et Savalou.

Au début du mandat du président Patrice Talon, la couverture en eau potable était de 42% en milieu rural et 55 % en milieu urbain contrairement aux estimations biaisées de 69% en milieu rural et 85% en milieu urbain qui avaient été annoncées début janvier 2016.

Dans certaines localités urbaines où la démographie est élevée, certaines populations n’ont pas accès à l’eau en dépit de l’abonnement souscrit.

Pour y arriver, plusieurs projets sont en cours de réalisation et permettront de satisfaire les demandes pour les quatre prochaines décennies.

Déjà, certaines infrastructures lancées en 2016 ont été réceptionnées en 2017. Il s’agit notamment du château d’eau de 500 m3 de Djougou qui permettra de desservir les populations de la commune et des zones périphériques. La mise en œuvre de cette infrastructure sera accompagnée des travaux de curage, de barrage et de rénovation de la station de pompage. Ces réalisations mettent la commune de Djougou, qui est l’une des plus peuplées du septentrion à l’abri des problèmes d’accès à l’eau potable. Toujours pour ce qui est de l’approvisionnement en eau potable en milieu urbain, les chantiers phares en cours concernent la construction des barrages d’eau de surface.

Inverser la tendance dans les Collines

  Ainsi, les localités de Savè-Glazoué-Dassa bénéficieront de 14 millions de m3 grâce à deux barrages et Savalou-Bantè-Ouèssè de 12 millions de m3.Ces projets vont développer assurément la coopération et la vitalité entre les différentes communes. D’autres barrages sont également en cours de construction à Parakou, sur le plateau d’Abomey et à Bohicon pour une disponibilité de 4000 à 4500 m3 par jour, soit plus de 10 fois la capacité de la production actuelle. Ce projet permettra de couvrir les besoins de 435.000 personnes.

L’objectif est de régler définitivement le problème d’accès ou de fourniture d’eau potable pour les 50 prochaines années. De plus, il sera procédé à des extensions dues à l’augmentation de la population et donc de la demande.

Dans le département du Littoral,  le problème ne se pose pas en termes de déficit, mais plutôt en pertes d’eau entre les stations de pompage, les châteaux d’eau et les ménages. La Bei et la Bad soutiennent trois projets en cours de réalisation dont l’objectif est de réduire d’au moins 25% les pertes en eau.

Avec ces différentes réalisations, l’on peut se rendre compte que le Gouvernement de la rupture accomplit des efforts significatifs pour rendre disponible sur toute l’étendue du territoire ce bien précieux et vital qu’est l’eau.

A suivre…

 Jacques A. Migan

Président du Front des républicains pour  le développement de la capitale (Frd)