Spread the love

tonato2Après les opérations de libération des espaces publics un plan d’aménagement des voiries urbaines est en train d’être élaboré. C’est le message fort que le ministre du Cadre de vie, Didier José Tonato, a voulu passer aux populations en initiant une conférence de presse, vendredi 14 avril 2017, à Novotel à Cotonou.

Face à l’inadaptation du cadre de vie aux besoins de bien-être des populations, le déficit d’attractivité des principales agglomérations du pays et la mauvaise qualité du stock d’infrastructures urbaines, le gouvernement du Nouveau départ est plus que jamais déterminé à rendre la destination Bénin viable. C’est dans cette dynamique qu’un projet d’aménagement des voiries urbaines est en train d’être élaboré. L’annonce a été faite par le ministre du Cadre de vie, Didier José Tonato. Au total, plus de 600 kilomètres de voiries urbaines primaires, secondaires, et tertiaires (les vons) sont pris en compte par ce projet encore appelé « Asphaltage ». Selon le ministre, l’Asphaltage est une composante de la 2nde phase dans la séquence des opérations d’aménagement nécessaires pour aboutir à la performance économique et sociale des centres urbains ainsi qu’à la restauration de rues et places publiques. « La première phase a été l’opération de libération du domaine public. Cette opération a permis de libérer les axes primaires et secondaires à aménager. Elle a également eu un effet pédagogique au regard des impératifs de préservation et de mise en valeur du domaine public », a-t-il précisé. Au total, neuf villes du Bénin sont concernées par le projet. Il s’agit de  Cotonou, Porto-Novo, Abomey-Calavi, Sèmè-Podji, Parakou, Abomey, Bohicon, Natitingou, et Lokossa. Des dires du ministre, le projet a démarré en octobre 2016. « Des études de cadrage ont permis de définir le modèle économique et financier du projet, ainsi que le coût estimatif des investissements. Un comité regroupant les communes, le ministère du cadre de vie et celui de la décentralisation a été mis en place et a déjà élaboré une feuille de route », a-t-il insisté. De même, les études devant conduire au démarrage des travaux sont en train d’être faites par un consortium de bureaux d’études techniques nationaux. Près de 400 milliards de francs Cfa sont en train d’être mobilisés pour que les travaux puissent démarrer effectivement au cours du dernier trimestre de l’année 2017.

Joel Samson Bossou