Spread the love
marc hodonou
Marc Hodonou lève l’équivoque

Depuis quelques jours, il circule sur les réseaux sociaux l’information selon laquelle l’Ong Afpass-Bénin aurait reçu une forte somme d’argent dans le cadre d’un projet de construction de salles de classes au profit des couches défavorisées. Contacté hier, Marc Hodonou, président de cette Organisation non gouvernementale, a reconnu qu’effectivement un projet du genre est élaboré et soumis à des partenaires qui se sont engagés à accompagner Afpass-Bénin. Mais à ce jour, aucun fonds n’a été encore envoyé, a-t-il démenti.

« Je vous confirme que, jusqu’à ce jour, nos partenaires qui nous avaient proposé des dons de modules de salles classes n’ont pas encore envoyé les ressources financières et matérielles », a indiqué Marc Hodonou hier par un courrier mail. Par contre, a-t-il rassuré, les panneaux solaires, les couches bébé, les moustiquaires imprégnées et les moyens roulants sont déjà envoyés par ces partenaires. Mais, compte tenu de certaines formalités administratives, tout est bloqué au port de Lomé. Marc Hodonou, président de  l’Ong Afpass Benin, par cette même occasion, a affirmé qu’il sa main reste toujours tendue aux Gouvernements du Togo et du Bénin afin qu’ils l’aident à sortir lesdits dons destinés aux couches défavorisées qui attendent impatiemment depuis plusieurs mois que l’annonce leur a été faite. L’Ong Afpass-Bénin est toujours dans sa vision qui consiste à travailler pour contribuer à l’épanouissement des personnes pauvres, selon son message. « Nous renouvelons notre gratitude aux partenaires, aussi bien nationaux qu’étrangers, pour leur confiance renouvelée et avec qui nous sommes toujours en de bons termes pour l’accomplissement de nos missions. Pour le moment, aucun fonds n’a été envoyé dans le cadre du projet de construction de salles  de classes dans les zones déshéritées, contrairement à certaines rumeurs récemment véhiculées au sein de l’opinion publique. Dès que possible, l’opinion publique sera informée de nos actions », lit-on dans le message de Marc Hodonou, président de l’Ong Afpass-Bénin.

FF