Spread the love

valee3-768x352Le Projet d’Appui aux Infrastructures Agricoles dans la Vallée de l’Ouémé (Paia-vo) lance sa revue de performance, à mi-parcours, ce jour jeudi 29 novembre 2018  à Cotonou. L’objectif de cette activité avec les experts de la Bad vise évaluer le projet.

Les cadres du Ministère de l’agriculture, le ministre Gaston Dossouhoui et les experts de la Bad venus à Cotonou auront à faire un bilan à mi-parcours du projet Paia-vo, un projet destiné à accompagner le gouvernement dans sa vision de développement du secteur agricole. En effet, préoccupé par l’accroissement durable de la productivité et des productions des filières riz, maïs et cultures maraîchères à travers le développement des infrastructures agricoles structurantes (aménagements hydro agricoles, pistes rurales, infrastructures marchandes) et des chaînes de valeur (promotion des filières et professionnalisation des acteurs) dans la vallée de l’Ouémé, l’Etat béninois a mis en œuvre, grâce à l’appui financier du Fonds Africain de Développement et le Fonds pour l’Environnement Mondial, le projet dénommé Paia-vo. Après trois ans et demi d’activités, le principal partenaire financier du Paia-vo, la Bad et le gouvernement du Bénin organisent conjointement  à partir ce jour jusqu’au 13 décembre la revue à mi-parcours pour évaluer les performances du projet et voir le niveau  d’accomplissement des actions et réalisations inscrits au titre du projet. Le projet intervient dans trois départements (Ouémé, Zou et Atlantique) et couvre 15 communes. Il est à rappeler que l’initiative du projet découle d’une démarche participative qui a associé l’ensemble des parties prenantes, notamment les organisations des producteurs, les communes et les services techniques déconcentrés. Ces concertations ont permis de dresser un état des lieux exhaustif et d’identifier les besoins en développement agricole et les modalités de mise en œuvre les plus adaptées. La formulation du Paia-vo a tenu compte aussi, dans une large mesure, des leçons tirées des projets de la Banque au Bénin et dans la sous-région, ainsi que des interventions financées par les autres partenaires au développement, en profitant au mieux des acquis des expériences déjà conduites, tout en développant des synergies et complémentarités. D’un montant total estimé à 49,93 millions d’Uc (dont 440.000 Uc pour le remboursement de l’avance du Ppf), il a une durée de six ans et touchera directement une population estimée à plus de 420.000 personnes et indirectement environ 1,4 million d’habitants. Avec le gouvernement du Président Talon, ce projet sera arrimé aux objectifs du Programme d’actions du gouvernement, dans ses zones d’intervention.

Martin Aïhonnou (Coll)