Spread the love

Charles-Toko2L’engagement du maire Charles Toko à transformer la ville de Parakou est sans faille. Face aux dignitaires religieux mercredi 11 juillet 2017, l’autorité municipale a confirmé cette ambition en prenant trois grandes résolutions.

Le Numéro 1 de la cité des Kobourou, Charles Toko, s’emploie à changer l’image de la ville de Parakou. C’est ce qui explique pourquoi il vient de prendre trois décisions importantes au profit de ses administrés. La première résolution est relative à la rénovation du cimetière musulman. En effet, tout le monde sait à Parakou que le cimetière musulman est plein à craquer, si bien qu’il est difficile d’enterrer un nouveau corps sans en déterrer un autre ou sans déplacer des ossements. Cette situation est devenue un véritable casse-tête pour le maire. Avec l’humilité qu’on lui connaît, il a consulté trois principaux Imams de la ville. Dans l’après-midi du mercredi 11 juillet 2018, il a échangé avec eux. Après leur avoir exposé le problème et ce qu’il entend faire, les Imams ont, sans hésiter, épousé l’idée. Selon eux, cette action que l’autorité veut mener est salutaire à plus d’un titre. Ils ont,séance tenante, apporté leur soutien à l’édile. La seconde résolution, c’est la déclaration des enfants musulmans. En effet, au cours de son tête-à-tête avec ces Imams, le maire a également présenté son projet « un enfant, un acte de naissance ». C’est un projet qui démarre très bientôt et qui vise à régler définitivement le problème des enfants sans acte de naissance dans cette division territoriale. Ils sont très nombreux dans la Commune.

Face à cette situation, le maire Charles Toko a préféré impliquer les dignitaires religieux. Ces derniers sont instruits aux fins de ne plus célébrer de baptême sans que les parents ne leur présentent le volet numéro 1 de l’acte de naissance et la photocopie de la souche du nouveau-né. Autrement, tout imam qui célébrerait un baptême sans s’être assuré de l’accomplissement de toutes les formalités de naissance s’exposerait à la rigueur de la loi. Là aussi, les Imams ont affiché toute leur satisfaction. Ils y ont adhéré et pris l’engagement de sensibiliser les fidèles musulmans à déclarer désormais leurs enfants.

 Plus de chaises et chaussures dans les mosquées

 Le dernier sujet abordé au cours de cette rencontre, c’est l’entrée dans les mosquées avec les chaussures et chaises lors des baptêmes, prières, mariages et autres célébrations. Il s’agit d’une pratique qui est en vogue à Parakou. Mais le maire, attaché aux valeurs de l’islam, pense qu’il faut arrêter  de désacraliser ces lieux de culte. La mosquée est un lieu sacré et il faut cesser de la profaner avec des chaussures et des chaises. Une remarque bien fondée, selon les Imams. De commun accord avec les autorités, la décision sera désormais prise pour interdire toute entrée dans lesdites mosquées avec les chaussures, les chaises et les fauteuils. Même les autorités sont priées de rester dehors si elles ne peuvent pas respecter cette prescription. Il faut préciser qu’au cours de la séance, des prières ont été dites, aussi bien en faveur du Maire, de son équipe qu’en faveur du Chef de l’Etat, le président Patrice Talon.

AT