Spread the love
montagne-2
Les Tata Somba mis en valeur par la Bcda

L’Association Bénin culture développement et amitié (Bcda) a organisé les vendredi 26 et samedi 27 juin 2015 à Natitingou, un atelier de réflexion sur la préservation du Tata Somba. L’objectif global de cet atelier est de mobiliser l’opinion publique nationale et internationale sur la nécessité d’œuvrer, non seulement pour la revalorisation de l’habitat traditionnel au Bénin, mais aussi et surtout pour sauvegarder les Tata Somba du Nord-Ouest du pays.

L’Association Bénin culture développement et amitié (Bcda) œuvre, en collaboration avec les communautés à la base en l’occurrence la commission linguistique Ditammari et le Laboratorio arts contemporains Bénin, à la sauvegarde, la diffusion et à la valorisation du patrimoine culturel béninois. Les actions sont menées dans le sens large possible et exclusivement dans la partie régionale du Nord-Ouest Bénin pour la valorisation, la conservation et la préservation, entre autres, du Tata Somba, spécifiquement et beaucoup plus largement de l’habitat de toutes les valeurs culturelles de cette région du pays. Aux assises de Natitingou, les participants étaient, pour la plupart, des détenteurs du patrimoine, historiens, muséologues, architectes, membres de la commission linguistique Ditammari, autorités politico-administratives et têtes couronnées de la région. L’initiative de ce projet est portée par les partenaires Bcda et Laboratorio arts contemporains Bénin qui est une association internationale intervenant dans le domaine de la culture. La rencontre a été présidée par le Préfet des départements de l’Atacora et de la Donga, Gervais N’Da-Sékou lui-même appartenant à la communauté Ditammari. A l’ouverture des travaux, le Directeur du fonds d’aide à la culture a précisé que le patrimoine contribue à la revalorisation des cultures et constitue un vecteur important de transmission de l’expertise, des compétences, des savoirs et des savoir-faire intergénérationnels. Comblé de joie du fait que Bcda mobilise l’opinion publique nationale et internationale sur la nécessité de sauvegarder les Tata Somba, M. Blaise Tchétchao a exhorté les participants à donner le meilleur d’eux-mêmes afin qu’ils puissent établir une synergie plurielle des efforts de tout un chacun dans la société pour la revalorisation de ce patrimoine qu’est les Tata Somba du Nord-Ouest Bénin pour la richesse de la culture du pays. Le constat des participants est unanime pour dire que le Tata est menacé de disparition parce qu’il existe aujourd’hui des localités entièrement ditammari où un seul type de ce genre d’habitat n’existe plus ou difficilement retrouvable par endroit et pas des Tata purs, mais peut-être en jonction avec des cases rectangulaires coiffées de taule. Pour M. Michel Nanhouan, membre de Bcda, le Tata Somba est un bien du patrimoine mondial de l’Unesco inscrit dans la partie Togolaise. Selon lui, le Bénin met des bouchées doubles pour faire l’inscription sur une partie du territoire national. Il a aussi précisé que le patrimoine culturel fait aujourd’hui l’objet d’un intérêt croissant en raison des enjeux de plus en plus complexes qui y sont associés. Les différents communicateurs conviés ont, entre autres, établi un état des lieux sur les diverses compétences et technologies disponibles et favorables à la sauvegarde, renforcé les compétences des principaux acteurs de la chaîne de construction des Tata Somba, développé les capacités des communautés à mettre en place des mécanismes de sauvegarde et de valorisation de leur habitat. Des recommandations pratiques pour la sauvegarde du Tata ont été formulées.