Spread the love

zero-sachetLa salle de conférence de l’embarcadère d’Abomey-Calavi a servi de cadre, vendredi 22 juin 2018, au lancement de la campagne de sensibilisation dénommée « zéro sachet non biodégradable au Bénin ». A cette occasion, une communication sur les méfaits des sachets non biodégradables a été présentée.

« Non aux sachets non biodégradables », c’est à travers ce slogan que l’Ong « Amshart » a lancé, vendredi 22 juin 2018, la campagne de sensibilisation sur les sachets non biodégradables au Bénin. Cet évènement a été organisé dans la Commune d’Abomey-Calavi. La présidente de l’Ong « Amshart », Philomène Akpodji, à sa prise de parole, a insisté sur les méfaits des sachets non biodégradables. Elle a rappelé à l’assistance que l’Ong dont elle a la charge ne marchandera pas son soutien à la réussite de cette mission noble. Plusieurs Ong intervenant dans le secteur de l’hygiène et de l’assainissement ont répondu à l’appel de « Amshart ». Le directeur exécutif de l’Ong, Sonon Tchéhouéa, a jugé bon de gratifier d’un sac biodégradable tout  citoyen qui ramènerait au total 100 sachets non biodégradables.

Le Directeur départemental de l’Atlantique et du Littoral du cadre de vie et du développement durable, Rosaire Attolou, a félicité l’Ong « Amshart » pour son dévouement et son savoir-faire. Il a rappelé lui aussi que les sachets non biodégradables sont sources de plusieurs maladies et participent à l’inondation. « Un sachet non biodégradable enfoui dans le sol ne se décompose point, même s’il y reste pendant une centaine d’années », a-t-il laissé entendre. Il a mis aussi un accent particulier sur les mesures répressives prévues par les textes en vigueur. Ce qui suppose que tout grossiste appréhendé avec les sachets non biodégradables est passible de 1 à 3 ans d’emprisonnement et sera frappé d’une amende de 5 à 50 millions de francs. Egalement, un usager retrouvé avec un sachet non biodégradable est passible d’une peine d’emprisonnement de 3 mois à 1 an d’emprisonnement et d’une amende de 100 mille à 5 millions de FCfa. Le Directeur départemental du cadre de vie, représentant le ministre Didier Tonato, a dressé les mesures prises par le gouvernement pour sécuriser les frontières du Bénin afin d’éviter l’entrée de ces emballages sur le territoire béninois. Le représentant du maire d’Abomey-Calavi n’a pas tari d’éloge à l’endroit de l’Ong « Amshart ». Du représentant du recteur de l’Uac en passant par celui du Chef d’arrondissement de Godomey, ils ont tous loué l’initiative. Après le lancement des activités, les membres de l’Ong se sont rendus dans les marchés et l’arrondissement central de Calavi. Ils ont ramassé tous les sachets non biodégradables retrouvés sur-place. Après Calavi, cap a été mis sur les quartiers Togbin-Kpèvi, Togbin-Fandji et Togbin-Daho dans l’arrondissement de Godomey. Ils promettent de descendre dans les autres Communes du Bénin pour sensibiliser davantage les populations avant fin juillet 2018, date butoir pour la sensibilisation.

 Samuel Isidore Adjanohoun