Spread the love

Pour Yayi et ses partisans, Me Hélène Kêkê Aholou a commis un crime de lèse-majesté en quittant les Fcbe. C’est pourquoi, à la veille du lancement de Fdu, alliance qu’il a créée en compagnie de Mathurin Nago, Bani Samari…, autres dissidents des Fcbe, une cabale gratuite a été orchestrée contre elle. A coup de billets de banque, les hommes du Pouvoir ont financé plusieurs journaux qui n’ont pas hésité à attaquer, en fin de semaine dernière, la dame de fer sur une vieille affaire du nom du marabout Mohamed Cissé. Les commanditaires de cette cabale font croire que le cabinet de Kêkê Aholou a détourné un demi-milliard de francs Cfa sur un milliard payé par le tristement célèbre Mohamed Cissé au profit de l’Etat béninois. Jusque-là, la première étape du plan est bien planifiée. La deuxième étape a suivi en début de semaine, avec la saisine de l’Anlc le 16 mars 2015 par le gouvernement à travers une correspondance signée du secrétaire général du gouvernement, Alassini Tigri. « Les quotidiens béninois sont revenus, tout au long de la semaine écoulée et encore aujourd’hui, de manière insistante, sur des informations relatives à la gestion des fonds versés par le marabout Cissé à l’Etat béninois, par le canal du cabinet Aholou- Kêkê. Ces informations qui font état d’une possible mal gouvernance dans la restitution de ces fonds, préoccupent les populations. Au regard de l’interrogation et de l’émoi suscités par cette affaire, le Président de la République vous saurait gré de bien vouloir vous en saisir en urgence, afin que votre Institution puisse éclairer les populations et situer le gouvernement sur la conduite à tenir. Le gouvernement se tient à votre disposition et vous réaffirme toute sa disponibilité à vous accompagner dans votre œuvre de salut public… », a écrit Alassani Tigri. Alors, notre secrétaire général du gouvernement saisit-il désormais l’Anlc sur la base des écrits dans les journaux ? La vérité est ailleurs… En fait, Me Hélène Kêkê Aholou fait peur au roi des Fcbe et ses affidés. Ils ne supportent pas de la voir partir. Ils ne supportent pas ses initiatives en compagnie de Nago. Après avoir fait publier dans quelques journaux une vieille correspondance de Nago sur la révision constitutionnelle, ils sont revenus à la charge pour s’attaquer à Kêkê Aholou. Cette fois-ci, ils entendent l’abattre et fragiliser ainsi Nago dont l’alliance Fdu se verrait déplumée…

Le Sg du gouvernement utilise toutes les formules pour embarquer le peuple ‘’analphabète’’ dans cette manœuvre ridicule. Il écrit ceci : « Au regard de l’interrogation et de l’émoi suscités par cette affaire, le Président de la République vous saurait gré de bien vouloir vous en saisir en urgence, afin que votre Institution puisse éclairer les populations et situer le gouvernement sur la conduite à tenir ». A travers cette portion de la correspondance, il tente de montrer que l’affaire fait grand bruit, comme si le peuple s’y est vraiment préoccupé. Ce que Alassini Tigri oublie de dire, c’est que les journaux qui ont publié l’information sont à peine visibles sur l’espace médiatique béninois. Ces journaux ne sont pas les plus lus ! Cela n’a donc eu aucun impact sur le peuple épris de paix. Qui veut noyer son chien l’accuse de rage !!!

Candidate aux prochaines législatives sur la liste Fdu dans la 20è circonscription électorale, Me Hélène Kêkê Aholou fait peur à ses anciens alliés. Ils ont alors décidé d’une campagne d’intoxication dont le but est de la discréditer. Et pourtant, ils maitrisent bien le dossier. Il s’agit d’une affaire de compensation prévue par les textes, entre les fonds dont il est question et les honoraires que l’Etat béninois devrait payer, depuis plusieurs décennies à l’avocate dans le traitement des dossiers des débiteurs des anciennes banques d’Etat du Bénin. Après la mission de 2008 tendant à récupérer les fonds recouvrés au Sénégal par Me Hélène Kêkê Aholou et qui étaient restés dans ce pays, une compensation partielle a été opérée entre la somme d’un milliard et les honoraires que l’Etat béninois doit à ce cabinet. Malgré cela, à la date d’aujourd’hui, tout le travail effectué par l’avocate ne lui a pas été payé. L’Etat béninois lui doit encore des honoraires. C’est tout !

L’affaire était dans les tuyaux depuis plusieurs mois et les plaisantins qui entourent le roi des Fcbe, attendaient le bon moment pour porter l’estocade à Kêkê Aholou. Rachidi Gbadamassi avait déjà annoncé les couleurs lors d’un débat parlementaire en menaçant de sortir des dossiers. Voilà donc le dossier sur l’ancienne élue Fcbe. Mais Yayi et ses partisans sont encore très loin du but. Kêkê Aholou n’est pas un petit morceau ! Pour l’abattre, il faut se lever de bonne heure !

Epiphane Axel Bognanho