Spread the love

 aumone-musulmaneLes fidèles musulmans sont davantage généreux vers la fin du jeûne en pratiquant plus d’aumône. Ainsi, plusieurs dons sont faits à l’endroit des nécessiteux qui prennent d’assaut les devantures des mosquées pour être comptés parmi les bénéficiaires de ces actions. L’aumône doit-elle être pratiquée seulement lors du carême ? Notre rédaction s’est intéressée au sujet en se rendant à la Mosquée Centrale de Zongo à Cotonou.

L’aumône ou la sadaka est un acte qui porte assistance aux nécessiteux. Elle est l’un des piliers de l’Islam. Elle peut se présenter sous diverses formes. La pratique de l’aumône est menée par des individus de diverses couches et d’obédiences religieuses différentes. Mais pendant la période du jeûne musulman, cet acte est plus multiplié par les fidèles pour diverses raisons. Pour certains fidèles musulmans c’est quand vous manquez de faire le jeûne sans raison valable qu’il vous ait demandé de donner une certaine quantité de nourriture aux pauvres. Et pour d’autres, l’aumône est pratiquée pour absoudre ses péchés. Cependant, les moins nantis souhaitent que ces dons leur soient véritablement orientés et non envers ceux qui sont aisés. L’aumône est une affaire de possibilité, de moyens. Car, les bienfaits qu’elle regorge sont énormes selon Souleymane Tamou Kora, libraire dans l’une des boutiques de la mosquée centrale de Zongo. Même si l’aumône constitue une grâce pour son auteur, ce dernier est appelé à aller au-delà en respectant tous les principes de l’islam afin de bénéficier des bénédictions d’Allah. Cependant, ce geste de charité n’est pas instauré pour perpétuer la mendicité.

 Judith Rolande Capo-Chichi