Spread the love

RaffutL’association pour l’intégration des personnes handicapées intellectuelles du Bénin, en collaboration avec le Service des sœurs de la promotion humaine (Ssph), a organisé, mercredi 13 mars 2019, la 4ème édition du « Raffut ». C’est le 13ème arrondissement de Cotonou qui a abrité les manifestations officielles dans le département du Littoral.

Plus de 3000 enfants provenant de neuf écoles primaires publiques et privées de l’association Mikpon Mignon, de regard fraternel et de la Chrysalide ont pris d’assaut le terrain de sport de Houéyiho dans le cadre de la 4ème édition du « Raffut». A l’unisson, ils ont lancé de vibrants appels aux autorités politico-administratives à divers niveaux pour réclamer le droit à l’éducation et à l’insertion des enfants en général et des handicapés en particulier. En effet, initiée par l’association pour l’intégration des personnes handicapées intellectuelles du Bénin, en collaboration avec le Service des sœurs de la promotion humaine, le « Raffut » vise l’autonomisation des enfants. L’édition de cette année s’est tenue autour du thème « Action mondiale en faveur du droit à l’éducation inclusive des enfants handicapés ». Selon les initiateurs, l’organisation du « Raffut » résulte du triste constat selon lequel les personnes handicapées sont toujours confrontées à d’énormes problèmes sur le terrain. A travers ce projet, l’association pour l’intégration des personnes handicapées intellectuelles du Bénin et le Service des sœurs de la promotion humaine veulent attirer l’attention des autorités sur le droit à l’éducation des enfants, notamment les handicapés qui ne peuvent pas se rendre à l’école. Dans son intervention, Kefile Adjibi, porte-parole des enfants, a demandé aux autorités de penser à pendre des dispositions afin que le droit des enfants soit respecté. Face aux cris de ces enfants, Bessan Folly Bébey, chef du 13ème arrondissement de Cotonou, a promis de jouer sa partition pour que les doléances soient prises en compte. Il entend mobiliser les autres conseillers  de la ville de Cotonou pour la même cause. Il est à noter que la même activité a été organisée à Sèmè-Podji, à Bohicon et à Bantè.

Corneille Gohonou

(Coll)