Spread the love

benin_drapeauAttendu dans les milieux d’affaires et par les gouvernants, le rapport Doing business 2016 a été rendu public hier mardi 27 octobre 2015 par la Banque mondiale. Sur 189 économies évaluées, le Bénin occupe la 158ème place avec 47,15 points. Le pays a connu une régression de 7 places par rapport à l’année dernière (151ème rang avec 51,10 points).    

 Communiqué de presse

tableau-doing-b

 Doing Business 2016: Mesure de la qualité et de l’efficience du cadre réglementaire constate que les entrepreneurs de 122 économies ont vu une amélioration de leur cadre réglementaire local l’année passée. Entre Juin 2014 et Juin 2015, le rapport, qui mesure 189 économies dans le monde, répertorie 231 réformes affectant l’environnement des affaires. Parmi les réformes visant à réduire la complexité et le coût affectant l’environnement des affaires, celles concernant la création d’entreprises sont les plus fréquentes en 2014/15, tout comme l’an dernier. Les deuxièmes réformes les plus communes sont celles des domaines de payements des taxes, raccordement à l’électricité et de transfert de propriété. Lire plus sur les réformes (en ingles).

Le Costa Rica, l’Ouganda, le Kenya, Chypre, la Mauritanie, l’Ouzbékistan, le Kazakhstan, la Jamaïque, le Sénégal et le Bénin font partie des économies qui se sont le plus améliorées en 2013/2014 dans les domaines couverts par Doing Business. Ensemble, ces 10 meilleurs pays réformateurs ont mis en œuvre un total de 39 réformes facilitant la pratique des affaires.

L’Afrique Sub-Saharienne à elle seule compte 30% des réformes réglementaires facilitant le climat des affaires en 2014/15, suivie de près par l’Europe et l’Asie Centrale. Les membres de l’Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires sont particulièrement actifs: 14 des 17 économies ont mis en place des réformes réglementaires facilitant l’environnement des affaires durant l’année passée, soit 29 réformes au total. Vingt-quatre de ces réformes ont réduit la complexité et le coût des processus réglementaires, quand les cinq autres ont renforcé les institutions juridiques.

Le rapport de cette année intègre de nouveaux indicateurs portant sur la qualité pour quatre indices : transfert de propriété, octroi de permis de construire, raccordement à l’électricité et exécution des contrats. De plus, les indicateurs de commerce transfrontalier ont été entièrement mis à jour afin d’augmenter leur pertinence. L’étude de cas sous-jacente porte à présent sur le principal produit d’exportation de chaque économie, sur un même produit standard courant manufacturé (pièces automobiles) pour le produit d’importation et sur ses principaux partenaires commerciaux pour chacun des produits d’exportation et d’importation.

Sept études de cas sont présentées dans le rapport: cinq se concentrent sur les caractéristiques légales et réglementaires que les nouveaux indicateurs introduits cette année recouvrent, soit les indicateurs d’octroi de permis de construire, de raccordement à l’électricité, de transfert de propriété, de commerce transfrontalier et d’exécution des contrats. Les deux autres analysent d’autres points d’intérêt reflétés par les bases de données historiques.