Spread the love

ravip-7-031d2Les personnes laissées en rade dans le cadre du Recensement administratif à vocation d’identification de la population (Ravip), pourront se faire enrôler bientôt. C’est l’annonce faite par le coordonnateur national du Ravip Jean Claude Ahouanvoebla, sur la radio Océan Fm. Il ne donne pas encore de date sur cette période, mais cet enrôlement sera réorganisé d’une autre manière.

« Leur sort, ils le sauront très prochainement. Mais il y aura plus où moins de sacrifice avant de le faire puisque nous n’allons pas permettre à tout le monde d’un certain âge de le faire partout au Bénin. Ils seront obligés de se replier sur le site central, le lieu qui héberge la base nationale. Ils seront certainement soumis à un questionnaire et seront obligés de justifier pourquoi ils ne l’ont pas fait pour qu’on puisse les prendre en compte. Seulement que cette fois ci, il y aura plus de sacrifices à faire. Par exemple, si je suis de Kétou et que pendant les six mois que les équipes sont restées à Kétou, je ne l’ai pas fait, je ne peux plus le faire à Kétou. Je serai obligé de venir à Cotonou pour le faire si j’ai un certain âge. Mais si je suis bébé, et que je vient de naître, je rentre naturellement dans la base communale de Kétou. Mais pour ceux qui ont un certain âge, nous allons décider de comment ça va se faire. Concrètement, ils seront obligés de se déplacer vers un seul point au Bénin pour le faire d’ici là. Ça ne va pas mettre du temps puisque nous avons besoin de connaitre ceux qui vivent concrètement au Bénin. Donc ceux qui ne l’ont pas fait, ils seront contraints de le faire d’une manière où d’une autre ».

Propos recueillis par Rachida Houssou