Spread the love

ravip-7-031d2Le président du Comité technique de pilotage du Recensement initial administratif à vocation d’identification de la population (Ravip), Jean Aholou, a remis officiellement au président du Comité national de supervision, Joseph Djogbénou, le rapport général d’exécution des opérations. C’est l’ex-primature qui a servi de cadre à cette cérémonie le mercredi 16 mai 2018.

Démarré le 1er novembre 2017, les opérations entrant dans le cadre du Recensement initial administratif à vocation d’identification de la population (Ravip), ont pris fin le 30 avril 2018, soit six mois de travaux. Conformément à ses prérogatives, le Comité technique de pilotage du Ravip qui a assuré la préparation et le suivi technique de l’opération, a également élaboré le rapport d’exécution. Ce document qui consacre la fin momentanée des opérations de recensement a été remis au président du Comité national de supervision, Joseph Djogbénou, le mercredi 16 mai, par le président du Comité technique de pilotage Jean Aholou. Du rapport présenté, 10354466 personnes ont été enrôlées sur une prévision de 10008749 personnes, soit un taux de recensement de 103,45% avec 10224650 nationaux enregistrées et 129816 étrangers. En outre, 20402 enrôlements ont été invalidés et 2254 sont en supervision. Selon les chiffres, 5056300 hommes et 5297657 femmes ont été pris en compte dans la base de données du Ravip. Dans son intervention, Jean Aholou a laissé entendre que le Ravip est un trésor pour le Bénin et dont le peuple se rendra compte de ses utilités dans les années à venir. « Avec une base de données biométriques, point de départ de la mise en place du registre national de la population, le gouvernement met dans le patrimoine du Bénin, une mine d’informations dont les diverses applications conduiront le pays sur le sentier de développement», a-t-il déclaré. Cependant, il a formulé des recommandations afin que le travail ne s’arrête pas seulement au recensement. A l’en croire, il faut l’élaboration et l’opérationnalisation du registre national de la population, la réalisation des registres communaux et une solution aux 2.277.795 Béninois qui n’ont pas d’actes de naissance. A sa suite, Joseph Djogbénou, président du Comité national de supervision, a remercié tous ceux qui ont œuvré pour la réalisation du Ravip. A ses dires, le Bénin vient d’être doté d’un outil important. Le ministre a aussi rassuré des efforts que le gouvernement fournira afin que les données ne soient pas rangées dans les casiers. « Toutes vos recommandations seront prises en compte. L’Agence national d’identification de la population et le registre national seront mis en place », a-t-il promis. Il n’a pas manqué de rassurer ceux qui ne se sont pas faits enregistrer, car a-t-il dit, le Ravip est à sa phase initiale. Le recensement a coûté 4 milliards à l’Etat.

 Mohamed Yasser Amoussa

(Stag)