Spread the love
talon_candide
L’amitié demeure entre Patrice Talon et Candide Azannaï

Les  commentaires entendus ici et là au lendemain de la démission de Candide Azannaï du gouvernement n’auront pas raison du désormais ex-ministre de la défense et du chef de l’Etat. La plupart évoquaient une fin brutale aux conséquences incalculables tant pour le régime que pour  les deux hommes. Il n’en sera rien de tout cela. Prenant acte de la démission de son ami, en Conseil des ministres, mercredi 29 mars 2017, le président de la République, Patrice Talon, a rassuré qu’il reste ami avec son ancien ministre. 

Entre Patrice Talon et Candide Azannaï, c’est avant tout une longue amitié. Leurs difficultés actuelles, le premier en tant que président de la République, le second ministre de la défense qui vient de démissionner, ne sauraient mettre en péril leurs rapports amicaux plus vieux que leur aventure au sein d’un même gouvernement. En guise de réponse à la démission de son ministre de la défense nationale, le chef de l’Etat, pour détendre l’atmosphère, a d’abord fait le mort face à la nouvelle avant de signifier 48 heures plus tard à ses autres collaborateurs, qu’il a effectivement reçu la lettre de démission de Candide Azannaï. Mais, précise-t-il, ce dernier est et restera un ami. Une manière pour le chef de l’Etat de prouver le caractère sacré de ses amitiés et le sens aigu de ses relations avec ses amis. Selon  Patrice Talon, Candide Azannaï n’est pas que simple collaborateur.  Il a été de toutes les luttes politiques qu’il a menées et gagnées. En reconnaissance à son soutien sans faille et son activisme payant, il a été récompensé par son entrée au gouvernement de Patrice Talon. Mais cette aventure a tourné court, provoquant sans doute un grand étonnement au sein de l’opinion publique. Désormais, il est question de savoir s’ils vont pouvoir collaborer.
Patrice Talon remet tout à plat
Toujours égal à lui-même, capable de surmonter toutes les difficultés, Patrice Talon, plutôt que de donner suite à des commentaires qui évoquaient la rupture avec son compagnon, a déjoué les pronostics.  Tout a été fait dans la sérénité et dans le but de ne pas ériger un mur entre eux, mais de laisser une fenêtre de discussion à son ami. Il choisit mercredi, jour habituel de réunion hebdomadaire du gouvernement, pour informer ses ministres en précisant que ce départ ne signifie pas la fin de ses amitiés avec Candide Azannaï, avant d’ajouter qu’il s’occupe lui-même du portefeuille laissé par ce dernier. Il ne pouvait y avoir meilleure réaction que celle-là. A l’évidence, le chef de l’Etat sait qu’il ne peut plus compter sur Candide Azannaï dans la conduite des affaires au sommet de l’Etat, mais il peut toujours se tourner vers lui pour lui confier d’autres missions. Par exemple,  face aux difficultés que rencontre le chef de l’Etat dans la conduite à bon port de certains dossiers, dont les réformes institutionnelles et politiques, Candide Azannaï, connu pour son savoir-faire dans les tractations politiques secrètes, pourrait prêter main-forte au gouvernement, si le Chef lui en donne l’occasion. Au-delà, il peut  se voir confier le rôle de conseiller occulte de Patrice Talon. C’est une hypothèse qui n’est pas forcément le plan du président de la République encore moins de son ex-ministre de la défense. Dans tous les cas, les deux amis connus pour le sens aigu de leurs relations cordiales ne sont pas prêts à tourner cette page. Après cette réaction mesurée et conciliante de Patrice Talon, Candide Azannaï va-t-il sortir de son mutisme ? Si oui, on ne sait pas ce qu’il dira, mais on peut deviner qu’il  montrera que la situation actuelle au Bénin n’est pas idéale, mais il sera toujours aux côtés de son ami.
Fidèle Nanga