Spread the love
Anselme-Amoussou-2
Anselme Amoussou dit niet à la manipulation

La Confédération des syndicats autonomes (Csa-Bénin) n’est pas contre le déroulement du Recensement administratif à vocation d’identification de la population (Ravip). Pour Anselme Amoussou, la Csa-Bénin n’est membre d’aucun front politico syndical appelant au boycott du Ravip. Lire le message.

Déclaration de la Csa-Bénin sur l’opération de réalisation du Ravip
La loi qui consacre la réalisation du Ravip est la loi n° 2017-08 du 17 juin 2017 portant identification des personnes physiques en République du Bénin.Qu’il vous souvienne que cette loi a fait l’objet de séminaire gouvernemental à Dassa-Zoumè, que c’est une proposition de loi (émanant de député) qu’elle a été ensuite votée à une large majorité par nos représentants à l’Assemblée nationale.La Csa-Bénin exprime sa perplexité face à ce qui apparaît comme une fronde organisée par les mêmes députés contre la mise en application d’une loi qu’ils ont contribué à rendre applicable aux citoyens.L’action syndicale devrait consister aussi, dans notre pays, à accompagner le respect des textes et règlements en vigueur. Contre la violation des textes de la République, la Csa-Bénin se mettra toujours en rempart. Mais pour le respect des textes dont nous nous sommes dotés, elle jouera sa partition de façon responsable.Le débat actuellement en cours sur la réalisation annoncée du Ravip mérite un certain nombre de clarifications essentielles pour lever l’amalgame entretenu sur la position des confédérations et centrales syndicales.
1. La marche organisée le 20 octobre dernier par les travailleurs ne s’est jamais prononcée contre la réalisation du Ravip ;
2. La Csa-Bénin n’a jamais été membre d’un quelconque front politico syndical appelant au boycott de l’opération du Ravip ;
3. La Csa-Bénin a bel et bien pris part à la séance d’information organisée par le comité technique de pilotage du Ravip. Cette séance a été tenue le mardi 24 octobre à 15heures au chant d’oiseau à Cotonou.
A l’issue de cette séance de travail et après avoir pris l’avis d’experts nationaux, la Confédération des Syndicats autonomes du Bénin fait les observations suivantes :
a. Le Ravip a vocation à doter le Bénin d’un état civil sécurisé pour tous les Béninois,
b. Le Ravip est globalisant et va au-delà d’une liste électorale. Il pourrait (s’il était réalisé convenablement) effectivement se révéler un outil de développement,
c. Bien réalisé, le Ravip pourrait même servir de base à la réalisation d’une liste électorale fiable et moins onéreuse.
Fort de ces observations, la Confédération des syndicats autonomes du Bénin, tout en prenant acte de la volonté du gouvernement de réaliser le Ravip dans la perspective du développement de la nation, exige un certain nombre de mesures visant à rassurer les acteurs sociaux et politiques et à restaurer la confiance nécessaire à l’atteinte des objectifs de l’opération. Ainsi donc la Csa-Bénin, suggère fortement l’assainissement nécessaire du Ravip et son adossement effectif à l’état civil national avant toute délivrance de carte biométrique individuelle. Elle suggère également le dialogue nécessaire avec les acteurs politiques autour du code électoral. La Csa-Bénin exige enfin la mise à l’écart de l’opération des personnalités politiques dont le passé récent brouille le message autour du Ravip et ravive les craintes des citoyens échaudés par le fameux Ko électoral de 2011.
Fait à Cotonou, le 25 octobre 2017