Spread the love
Talon-et-Tévoédjrè
Talon réalise le rêve de Tévoédjrè

Le processus de réconciliation des deux ailes de l’Eglise protestante méthodiste du Bénin a abouti ce dimanche 03 juillet sous l’égide du président de la République Patrice Talon. C’était lors d’un culte protestant qui a connu la présence de tous les protagonistes de la crise dont les sillons de la résolution ont été élaborés sous l’égide du Professeur Albert Tévoédjrè. 

L’Eglise protestante méthodiste du Bénin retrouve son unité. La réunification des deux ailes est devenue une réalité le dimanche 3 juillet 2016. Un organe de transition de la gestion est mis en place, et cette réconciliation a été sanctionnée par une déclaration commune en présence des membres du gouvernement et du président Patrice Talon. Nicodème Alagbada, président de l’organe transitoire de gestion de la réconciliation, a salué l’abnégation, la perspicacité et l’audace d’Albert Tévoédjrè, Médiateur de la crise. L’histoire de la réconciliation des frères de l’Eglise protestante a commencé depuis une décennie, sous l’œil du frère Melchior qui y a joué un rôle fondamental reconnu par tous les pasteurs. De l’avis de tous, le frère Melchior a commencé et Patrice Talon a abouti. Le mérite de cette réconciliation revient à ces deux personnages emblématiques de l’histoire du Bénin. On se souvient que le mercredi 29 novembre 2006, les pasteurs Simon CossiDossou et Moïse Sagbohan, présidents des deux ailes de l’Eglise Méthodiste du Benin, étaient en voie  de fraternité retrouvée « sous l’œil de Melchior ». On se souvient, il y a à peine un an, du Symposium international de Cotonou sur « L’initiative africaine  d’éducation à la paix et au développement par le dialogue interreligieux et interculturel ». Une initiative du professeur Tévoédjrè en quête permanente d’un mieux-être et la paix. Le miracle semble avoir eu lieu à l’avènement de Patrice Talon, nouveau président de la République.

Des démarches antérieures pour sceller la réconciliation

Sous la médiation du chef de l’Etat, les deux ailes de l’Eglise protestante méthodiste du Bénin ont décidé de taire leurs querelles et de se réconcilier. Pour lancer le processus de cette réconciliation, un culte avait été dit, il y a quelques jours au temple Béthanie à Cotonou en présence du président Talon, avant que la grande réconciliation n’ait lieu hier au palais des congrès. Scindée en deux depuis le synode de Dassa-Zoumé en 1998, l’Eglise protestante méthodiste a connu une étape décisive de sa réunification le dimanche 26 juin 2016. Cela, à la faveur d’un culte de réconciliation au temple Béthanie en présence d’une délégation gouvernementale conduite par le président de la République, Patrice Talon. Ce culte inédit, aboutissement de la médiation du numéro 1 des Béninois, a réuni les responsables de deux ailes notamment les présidents Nicodème Alagbada de l’Epmb et Mathieu Alao de l’Epmb-Conférence et les fidèles des deux camps. Selon la présidente de l’Eglise protestante méthodiste du Togo, Grâce Lawson Zinsou, qui a dirigé le culte, cette crise a divisé des familles, tant au Bénin qu’au Togo. Elle a fait périr de nombreuses vies. La réconciliation dans ce contexte s’avère alors plus qu’indispensable. Et c’est ce à quoi, le chef de l’Etat, Patrice Talon, qui a assisté au culte en compagnie de son épouse et deux de ses ministres, a invité les protagonistes. « Dans nos prières, nous disons toujours pardonne-nous nos péchés comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. C’est maintenant que nous devons donner un sens à cette prière », a déclaré le président de la République avant d’exhorter : « Soyons, chacun capable de pardonner. Soyons à la recherche, par tous les sacrifices, de la paix, la réconciliation ». Le chef de l’Etat qui a foi que l’Eglise protestante méthodiste du Bénin est à nouveau sur le chemin de la paix et de la réconciliation, priera également le « père si bon » de permettre maintenant à chacun et à tous d’aller au bout de cette quête de paix et de réconciliation.

Comme les Juifs et les Samaritains

La présidente Lawson Zinsou, dans sa prédication, est allée dans le même sens. Se basant sur l’évangile de Jean, précisément le chapitre 4 verset 1 à 15, relatant la démarche de Jésus pour réconcilier les peuples juif et samaritain alors divisés, la présidente Lawson Zinsou invitera les protagonistes à fumer le calumet de la paix. Car, expliquera-t-elle, « pour que Dieu arrive parmi nous, certaines conditions sont requises ». Entre autres, il y a la réconciliation de l’être avec Dieu. Laquelle se fait en trois étapes : la réconciliation avec soi-même, la réconciliation avec son frère et la réconciliation avec Dieu. « Dans cette nouvelle situation, Dieu nous a envoyés en mission afin de jauger le niveau de notre foi par l’acceptation de conduire ensemble en tant qu’ambassadeurs du Christ, ce processus de réconciliation », fera remarquer la présidente de l’Eglise méthodiste du Togo  Lawson Zinsou. « Le mystère de la réconciliation est devenu le fondement de nos vies  et nous devons nous y atteler », poursuit-elle avant de conclure : « Mettons-nous ensemble pour que le processus puisse aboutir afin que Dieu ne nous demande pas des comptes »

AT