Spread the love

Aubin-TowanouAu titre de l’année scolaire 2016 – 2017, le ministère de l’Enseignement Secondaire, Technique et de la Formation professionnelle a enregistré près de trois mille cas de grossesses dans la population des élèves au Bénin. En absence de toute approche didactique, un livre, ‘‘Lettre à ma fille’’, en librairie depuis 2014 au Bénin peut contribuer à informer l’adolescente en vue d’un changement de comportement.

« Lettre à ma fille » est un ouvrage qui apporte à l’adolescente en particulier et à l’adolescence en général des informations très utiles, notamment sur la sexualité, devant permettre à ces êtres fragiles de grandir tout en s’épanouissant en toute responsabilité et sérénité. Publié par le journaliste-écrivain Aubin Towanou (photo), ce livre que les parents adoptent progressivement, est tout aussi bien apprécié des adolescents. ‘‘Ma fille a changé d’altitude vis-à-vis de moi, et en bien, depuis qu’elle a lu cet ouvrage’’, ‘‘Ma fille m’a avoué qu’elle est devenue une autre personne après avoir lu ce livre’’, ‘‘Mon enfant m’a dit qu’il maîtrise désormais son corps avec cet ouvrage’’, etc, sont les témoignages enregistrés auprès de certains parents qui ont offert la version personnalisée dudit ouvrage à leurs filles. Une version personnalisée dont la couverture porte l’image travestie de la photographie de l’adolescente destinataire du livre.

Pour l’auteur, l’édition de cet ouvrage relève d’un acte d’humanisme. En effet, il a publié « Lettre à ma fille » pour apporter sa contribution de qualité à l’œuvre de construction d’une société où la jeune fille assume sa responsabilité pour devenir une femme responsable. Car, a-t-il souligné, qu’elle soit mère, employée, responsable d’entreprise ou autorité politico-administrative, la femme occupe une place privilégiée dans la société et donc sa formation doit prendre en compte une certaine particularité.

« Lettre à ma fille »  est un ouvrage qui a besoin d’être davantage popularisé pour être disponible dans toutes les familles afin d’apporter cette valeur ajoutée qui manque à l’adolescence pour réduire le taux de grossesses en milieu scolaire au Bénin  et ailleurs.

 AT