Spread the love
talon-rodriguez
Martin Rodriguez séduit par les qualités du chef de l’Etat

Il était annoncé dans les couloirs de la Marina pour un tête-à-tête avec le chef de l’Etat, et il n’a pas manqué le rendez-vous. Martin Rodriguez a été reçu en audience hier mercredi 26 avril 2017 par le président de la République, Patrice Talon. Au terme de l’audience focalisée sur le programme d’investissements (existants et futurs) de l’homme d’affaires, l’hôte a reconnu et salué les qualités du président de la République. Lire ses propos à la presse.    

Le Matinal : Vous venez d’être reçu en audience par le président Patrice Talon. De quoi avez-vous discuté ?

Martin Rodriguez : Merci de vous intéresser à ma personne et à mes activités. Je suis arrivé à Cotonou hier (mardi 25 avril 2017 Ndlr). Nous avons eu une longue séance de travail avec le chef de l’Etat et ses principaux collaborateurs, qui a tourné autour du programme d’investissements que nous avons déjà dans le pays et que nous pouvons avoir pour la suite, parce que nous sommes acteurs du Bénin économique. Et comme disait l’ancien Premier ministre Margaret Tatcher, il n’y a pas de nation prospère sans hommes prospères. Et les hommes prospères, ce sont les entreprises prospères qui les font. C’est à travers la prospérité des entreprises qu’on peut régler les problèmes liés au social, à l’évolution de notre société.

Vous avez parlé d’investissements et cela pourrait réjouir plus d’un. Dans l’opinion, cette rencontre a été attendue parce qu’il y avait des questions liées à l’économie, notamment la rupture du contrat de Bénin Marina hôtel dont vous êtes le propriétaire. Est-ce que vous avez parlé du sujet ?

Nous avons parlé de beaucoup de sujets. Nous avons parlé des investissements existants et aux futurs investissements. Donc, je ne pense pas qu’il puisse y avoir de la politique sans parler d’économie. Et quand on parle d’économie, on parle d’investissements. Oui, nous avons parlé de tous ces sujets et nous avons passé des heures de discussions comme vous l’avez constaté. Le président a consacré beaucoup d’heures, et ses collaborateurs aussi, à ça. Et cela, je voudrais le mentionner et le souligner car c’est tout à son honneur.

Votre mot sur Mci et Bénin Marina hôtel, Sheraton hôtel

Souffrez de ce que je ne puisse pas vous donner de détails en ce moment par rapport à des sujets spécifiques parce que vous comprendrez qu’on vient à peine de commencer les discussions. Vous connaissez le rôle que j’ai joué avant la campagne ici, avant l’élection du président Patrice Talon, avant et après son élection. Je n’ai pas été un soutien avant et après. Donc, je peux vous dire que j’ai été agréablement surpris parce que j’ai vu aujourd’hui, l’accueil qui m’a été réservé, la disponibilité et l’investissement personnel du président dans ce dossier.

Des avancées positives ?

Oui ! Ce fut positif, très positif, c’est ce que je crois.

Propos recueillis par AT

Rodriguez, nouvel allié de Talon ?

Commentée et analysée sous plusieurs angles, la rencontre de ce mercredi, 26 avril 2017, entre le chef de l’Etat, Patrice Talon et Martin Rodriguez, opérateur économique, revêt un caractère particulier et n’a laissé personne indifférent. Le ton arrogant de l’opposant ne l’est plus. En clair, cette image d’hier contraste avec celle du 03 avril 2016, jour où Martin Rodriguez s’est déclaré  opposant n°1 de Patrice Talon.

C’est trop beau pour être vrai. D’abord précédée de jugements divers, cette rencontre s’est révélée, aux dires de l’hôte, très positive. Le sourire qui ornait les visages des deux hommes en dit long sur les résultats positifs du rendez-vous. Ainsi,  Martin Rodriguez, agréablement surpris par l’accueil que lui a réservé Patrice Talon, n’avait plus de mots pour exprimer  son état de satisfaction. De son côté, le président de la République n’a pas émis d’objection à associer l’un de ses adversaires à l’œuvre de reconstruction à laquelle nul ne sera de trop. Ce tableau inédit dont personne ne pouvait prévoir la réalisation fait indubitablement le lit à un rapprochement entre les deux hommes, liés hier  par le destin commun des affaires et plus précisément le coton. Mais, ils n’ont pas toujours entretenu la bonne camaraderie et ce cliché a été plus noirci par le feuilleton auquel l’on a assisté lors de la présidentielle de 2016. Lors de la campagne électorale, Martin Rodriguez qui était devenu l’ombre de lui-même, est sorti de sa réserve pour s’opposer à Patrice Talon, promettant de lui barrer la route qui mène au Palais de la Marina. Et pour se donner les moyens de sa mission, il a mis sur la place publique des dossiers pour salir l’ex-magnat du coton. Mais rien ne pouvait aller contre la volonté du peuple. Le chemin du destin de Patrice Talon était déjà tracé. Elu président de la République, Patrice Talon, avant même de prêter serment, a enregistré le message lancé  par son tout premier opposant. Le dimanche 03 avril, devant la presse nationale et internationale, Martin Rodriguez, sous le couvert d’une formation politique baptisée Parti démocratique dont il prend la tête, s’est déclaré opposant au régime qui va s’installer. Il s’est annoncé comme le catalyseur du nouveau pouvoir. Mais depuis ce temps, l’intéressé n’a pas eu le courage d’assumer son statut d’opposant, préférant sans doute faire le mort. Mais, l’homme se réveille de son long silence pour engager un bras de fer avec l’Etat, dans les dossiers Mci et Bénin Marina Hôtel. Président directeur général de Marlans Coton Industrie (Mci), avec son  usine d’égrenage de coton du même nom, basée à Nikki, promoteur de Bénin Marina hôtel, il s’est retrouvé  en conflit avec ses propres engagements dans la gestion de ces sociétés au nombre desquelles il a déjà perdu une, s’agissant de Bénin Marina Hôtel. Au regard de ces évènements qui illustrent à suffisance le désaccord profond entre Martin Rodriguez et Patrice Talon, comment  peut-on ne pas être surpris  de la visite d’hier au Palais de la Marina. Plus surprenante encore a été  le temps qu’a duré la rencontre. 3 d’horloge. Un mercredi, jour réservé à la réunion hebdomadaire du gouvernement. C’est-à-dire qu’au-delà du fait que le chef de l’Etat a accepté la demande d’audience de Martin Rodriguez, il l’a longuement écouté et échangé avec lui. Et qualifiant tout ceci de positif, l’hôte est porteur d’un nouveau message qui n’a rien à voir avec celui du 3 avril 2016 ; c’est désormais un allié et non un opposant.

Fidèle Nanga