Spread the love

Dg Cncb AlossohounLe Bénin était à l’honneur la semaine dernière à Ouagadougou (Burkina Faso). Au cours d’une réunion annuelle  de l’Observatoire des Pratiques Anormales qui a eu lieu du 24 au 28 Octobre 2017, Patrice Talon et son Gouvernement ont été cités en exemple pour avoir pris des mesures réduisant les tracasseries routières et facilitant la circulations des biens et des personnes, conformément aux dispositions de l’Union économique et monétaire ouest-africaine ( Uemoa). 

Patrice Talon a encore fait parler du Bénin dans la sous-région. Selon des participants à cette réunion à Ouaga, tous les regards étaient braqués sur les Béninois présents dans la salle lorsque les responsables de l’Observatoire des pratiques anormales (Opa) ont cité le Bénin comme exemple en matière de lutte contre le rançonnement et surtout pour avoir pris les dispositions nécessaires pour sécuriser les différents corridors. C’est surtout le témoignage de Paul Koffi Koffi, commissaire de l’Uemoa qui a confirmé que Talon est braqué contre la corruption et le rançonnement sur les routes. D’après des témoins, cet ancien ministre ivoirien a dit avoir parcouru le corridor Cotonou -Malanville dans un véhicule banalisé. Durant tout son trajet, rapporte-t-on, il n’a pas été embêté. Les distances prévues par l’Uemoa entre les barrages ont été respectées à la lettre par le Bénin. A cette occasion, il aurait demandé aux autres pays de suivre l’exemple du Bénin.

On se rappelle encore de cette décision courageuse prise par Patrice Talon à son arrivée au pouvoir en 2016. A l’issue d’une réunion à la Présidence de la République le jeudi 28 avril 2016, il avait demandé de faire lever toutes les barrières et postes de contrôles routiers sur toute l’étendue du territoire national. Des instructions fermes avaient été données par le président Talon ce jour-là pour le respect strict des postes de contrôle routier créés et installés conformément au Décret N° 2013-546 du 24 décembre 2013 portant règlementation des postes de contrôle routier sur le Corridor en République du Bénin. Ce même décret avait pourtant été pris par le régime défunt qui n’a pu le faire respecter.

 Des mesures sécuritaires favorables

 Quelques semaines plus tard, ce sont les forces de sécurité publiques qui ont été renforcées en matériels roulants pour mieux assurer la sécurité des différents corridors liant le Bénin.  C’est le Conseil National des chargeurs du Bénin ( Cncb), point focal de l’Opa/Uemoa qui avait apporté un appui financier pour ce don en 2016.  Lors des travaux à Ouaga la semaine dernière,  Richard Allossohoun, Directeur général du Cncb, par intérim est intervenu pour rappeler les efforts que fournit le Bénin dans le respect des directives de l’Uemoa.  Thomas Agbéva, Directeur général de l’Agence nationale des transports terrestres ( Anatt), également présent à cette rencontre, a fait le point des différentes actions que mène sa structure, conformément aux instructions du Gouvernement et à la vision du chef de l’Etat. Des engagements ont été pris pour que le Bénin continue dans cette même lancée afin de demeurer un modèle pour la sous-région. Ces deux responsables ont été invités à cette réunion au nom des structures qu’ils dirigent et compte tenu des rôles que jouent leurs structures au sein de l’Opa/Uemoa. Le Dg/Anatt est dans le comité de pilotage de pilotage de l’Opa, tandis que le Cncb en est le point focal au Bénin.

Lors des travaux, l’Opa a évalué les mesures en vigueur pour la réduction des tracasseries et la sécurité routières et le temps passé au niveau de chaque barrière sur les corridors. Des recommandations ont été faites à l’endroit de tous les pays à la fin des travaux.

L’Observatoire des Pratiques Anormales (OPA) est un instrument de facilitation pour suivre et dénoncer toutes les pratiques anormales sur les axes routiers inter-Etats. Il a été mis en place en 2005 par l’Uemoa.

 AT