Spread the love

romuald-wadagniLe ministre de l’économie et des finances, Romuald Wadagni a déclaré, le vendredi dernier à la présidence de la République au cours du lancement du Programme d’actions du gouvernement (Pag) Bénin révélé que son secteur ambitionne de réduire le déficit budgétaire qui est de 4% en 2016 de deux unités d’ici 2021.

A l’entendre, cet agrégat macroéconomique va passer de 4% en 2016 à 2.1%  en 2021. Ce résultat doit, selon ses explications, permettre à l’Etat de financer ses dépenses à hauteur de 70% de ses ressources propres et à 30% de ressources extérieures (provenant de partenaires techniques et financiers) au lieu de baser le financement des dépenses publiques sur 50% de ressources propres et 50% de ressources extérieures. Soit un effort d’indépendance budgétaire de vingt unités d’ici 2021. Pour y parvenir, il faut que chaque Béninois consente des efforts supplémentaires, a-t-il indiqué, sans préciser qu’il faut s’attendre à des impôts futurs. Romuald Wadagni a cependant marqué un silence sur le déficit de la balance commerciale comme si cet agrégat macroéconomique qui est le solde de l’exportation et de l’importation est excédentaire et ne mérite pas d’attention soutenue comme son agrégat jumeau. Il a en outre expliqué que le taux de croissance de 4% obtenu par le Bénin ces dix dernières années est insuffisant parce qu’incapable de réduire la pauvreté et volatile du fait de son incapacité à résister aux chocs économiques extérieurs. Pour réduire la pauvreté, a-t-il indiqué, il faut un taux de croissance de 7% l’an et sur une période de trois ans. Il projette dans le programme d’actions du gouvernement d’atteindre ce taux à l’échéance de 2021 par l’accroissement de la production de richesse et de diversifier l’économie.

Ange Joël Toffoun