Spread the love

U.N-conferenceL’Union fait la Nation (Un) a organisé samedi 28 juillet 2018 à Bohicon une conférence à l’intention de ses élus communaux, municipaux et locaux. Les conférenciers ont sensibilisé les militants sur les réformes conduites par le Président Patrice Talon.
« Les élus de l’Un face aux enjeux des réformes du système partisan et du code électoral ».  C’est le thème qui a réuni, samedi dernier, dans la grande salle de conférence de l’hôtel les Ranho plus de 200 élus communaux, municipaux et locaux venus de tous les départements. Au cours de son intervention liminaire, le président par intérim Antoine Idji Kolawolé a exprimé l’engagement de l‘Alliance. « Vous devez être plus nombreux, mais beaucoup de nos élus sont des enseignants. Ils sont aujourd’hui astreints à l’exercice de leur métier et ne peuvent pas répondre favorablement à cet appel. Je compte sur vous pour leur rendre compte de tout ce qui s’est passé à Bohicon. Il n’y a pas de démocratie au sommet sans la base. Il n’y a pas de démocratie sans les maires plus forts ou les Ca sans moyens. Nous sommes à une phase importante du développement de notre pays. Les valeurs que nous défendons  depuis des lustres ont aujourd’hui reçu l’adhésion du président Patrice Talon. Nous ne pouvons pas nous enfermer dans les bureaux sans aller vivre les réalités de notre pays et c’est cela qui explique cette rencontre avec vous ce jour. Nous avons des valeurs », a-t-il  déclaré. A son avis, il n’y a pas de démocratie sans le développement socio-économique à la base. Pour finir, il a fait savoir qu’il n’y a pas de responsables au sommet  sans qu’il ne soit soutenu par la base. Ce fut le tour de l’honorable Louis Vlavonou d’informer les élus et les personnalités présents sur les grandes innovations contenues dans la charte des partis, le code électoral et la loi dérogatoire qui permet d’enregistrer les Béninois sur témoignage. Selon le député Louis Vlavonou, seules les personnes physiques peuvent être membres d’un parti au Bénin. Prenant la parole, les maires de Kétou et de Djakotomey ont exposé les difficultés qu’ils traversent dans leurs communes. Cette étape est suivie de la phase enrichissante des questions-réponses avant que le ministre Sèhouéto ne prenne la parole pour éclairer l’assistance sur un certain nombre de sujets. Cette rencontre a été rehaussée par la présence effective du maire de Banikoara et de ses adjoints. Etaient aussi de la partie, d’autres maires, les députés, les ministres (Adam Bintou Taro et  Sylvain Nouatin) et quelques dirigeants de l’Un dont Lazare Sèhouéto.

AT