Spread the love

cadragesLe Professeur Benjamin Hounkpatin était, la semaine dernière, en mission. Entre autres pays visités, la Lettonie, notamment sa capitale, Riga, où il a eu de fructueuses discussions qui augurent de perspectives heureuses pour notre pays. Les réformes du gouvernement sous la conduite de son ministère sont le point d’ancrage de ce déplacement.

Rentré dans la soirée, du dimanche 11 novembre 2018, le ministre de la Santé entendait s’inspirer du modèle letton lié au fonctionnement du système de santé de ce petit pays de l’Europe du nord, vaste de quelque 64.559 km2. Il accorde de ce fait une attention particulière au cadre législatif et de réglementation de l’industrie pharmaceutique, à la fourniture de médicaments aux populations et à la lutte contre la fraude et la contrefaçon de médicaments. Sur place, à Riga, la délégation béninoise, conduite par le professeur Benjamin Hounkpatin, laquelle est composée de cinq personnes, a rencontré la ministre lettonne de la santé, Anda Caska. Les hôtes de cette dernière sont ensuite allés au cœur de l’Agence nationale du médicament. Là, ce fût l’occasion pour le ministre Hounkpatin, et sa suite, de donner du relent au renforcement de la coopération entre la Lettonie et notre pays. Un plus pour son collègue des Affaires étrangères qui entreprenait déjà inlassablement des efforts en vue d’asseoir et de promouvoir une relation fructueuse entre les deux Etats. Depuis peu membre de l’Union européenne, la Lettonie est située sur la rive orientale de la mer Baltique. C’est l’un des trois pays baltes (Estonie, Lituanie, Lettonie). Elle est bordée par la Lituanie au Sud et par l’Estonie au Nord, en ayant aussi des frontières terrestres à l’Est avec la Russie et au Sud-est avec la Biélorussie. Entre 1991 et 2011, la Lettonie a perdu plus de 23 % de sa population en raison d’un taux de fécondité (nombre d’enfants par femme) extrêmement faible. C’est donc très satisfait et dans l’impatience des rêves que le ministre béninois de la santé a achevé son séjour, à près de 9 000 km de Cotonou. Il a regagné le Bénin dans l’espoir de donner un souffle nouveau à la dynamique des réformes dans le secteur d’activités qui est le sien, pour le plus grand bien des populations qui attendent beaucoup de lui et de son chef, le président Patrice Talon.

 PFCom/Ms