Spread the love

benjamin-hounkpatinLe ministre de la Santé, Benjamin Hounkpatin, était sur le plateau de la Télévision nationale, dimanche 16 septembre 2018. L’autorité ministérielle, tout en dévoilant les actions menées depuis sa nomination, a profité pour lever le voile sur les perspectives des réformes entreprises dans le secteur de la santé.

Faire le bilan des réformes mises en œuvre depuis sa nomination en qualité de ministre de la Santé. C’est à cette tâche que s’est livrée Benjamin Hounkpatin sur le plateau de la télévision nationale. Au nombre des réformes citées, on note, entre autres, l’assainissement du secteur privé, la poursuite de la réforme organisationnelle, le renforcement de la carte sanitaire, et la gestion des ressources humaines. Il a aussi évoqué la réalisation du projet Arch, la réforme pharmaceutique, la réorganisation des évacuations sanitaires avec le traitement des cancers et le renforcement de la gouvernance et de la redevabilité dans son ministère. Pour ce qui est du volet du traitement des cancers, le ministre a indiqué que le gouvernement opère des actions pour permettre le traitement des cancers en phase terminale. «  En dépit des trois centres de soins palliatifs dont nous disposons, d’ici 2020, on aura six centres de soins palliatifs des cas de cancer au stade terminal », a-t-il déclaré. Par rapport aux autres cas de cancer, Benjamin Hounkpatin a martelé que deux hôpitaux où la chimiothérapie est administrée seront bientôt installés au Cnhu et au Chu-Mel. Egalement, l’approvisionnement en intrants  de chimiothérapie est également assuré actuellement par la Came. Dans son intervention, le ministre de la Santé a confié que le secteur des évacuations sanitaires est aussi en pleine réorganisation avec la construction d’hôpitaux de référence. « Ainsi, on n’aura plus besoin d’évacuer, mais on pourra prendre les patients sur-place. Pour ce faire, des Béninois exerçant à l’extérieur et d’autres compétences externes seront sollicités », a-t-il laissé entendre. Quant à la mise en œuvre du projet de l’Assurance pour le renforcement du capital humain (Arch), l’autorité ministérielle a indiqué que ce vaste Programme est composé de quatre volets dont l’assurance maladie, la formation des acteurs du système informel et le volet crédit pour une autonomisation des femmes et des personnes vulnérables. A son avis, le Programme est à la phase des études après le recensement de  675000 ménages. « Au terme des études, la phase pilote d’expérimentation de l’Arch démarrera,  notamment avec le volet sanitaire d’ici le mois de novembre ou décembre », a-t-il déclaré. Selon l’invité de Mesmin Adissoh, après la phase pilote qui concerne uniquement les pauvres extrêmes, il y aura une évaluation pour corriger les insuffisances et enfin la phase d’extension sera effective. A tout cela, au titre des réformes, il faut ajouter le renforcement de la carte sanitaire. Sur ce point, Benjamin Hounkpatin a rappelé l’inauguration il y a quelques semaines, de l’hôpital de zone d’Allada couvrant aussi  les communes de Zê et de Toffo. Tout en insistant sur les caractéristiques de ce joyau né de la coopération entre le Japon et le Bénin, le ministre de la Santé a déclaré qu’il dispose d’un plateau technique très moderne et des services adéquats. « Nous œuvrons aussi pour le renforcement des capacités en vue de la prise en charge dans les hôpitaux par l’acquisition des scanners », a martelé le ministre.  Profitant de son passage, il a réitéré son engagement à lutter contre toutes les formes de vices qui annihilent les efforts du gouvernement dans la prise en charge des patients. « Le vol de matériels sera sanctionné par un emprisonnement ferme », a-t-il précisé. Au nombre des projets, sept grands hôpitaux seront construits selon le Pag avec la finition complète de l’hôpital de Savalou en 2019.

 Mohamed Yasser Amoussa

(Stag)