Spread the love

claudine-prudencioLe congrès ordinaire de l’alliance Forces démocratiques unies  qui s’est tenu le samedi 20 janvier 2018 a connu la participation de la députée Claudine Prudencio, président de l’Union pour le développement d’un Bénin nouveau (Udbn). Elle a réaffirmé la nécessité de réformer le système partisan.
L’Udbn adhère à la réforme du système partisan préconisée par le président Patrice Talon. A la faveur du congrès ordinaire des Fdu, Claudine Prudencio a réaffirmé son soutien inconditionnel à cette ambition du chef de l’Etat. Selon elle, la pléthore de partis politiques sur l’échiquier politique est un véritable frein au financement public des partis. Le pouvoir de l’argent qui depuis des années a pris le dessus lors des joutes électorales n’est pas de nature à favoriser une classe politique responsable. C’est face à tous ces maux que Claudine Prudencio, estime que les réformes ne doivent pas être remises à plus tard. « J’invite les partis politiques à s’engager définitivement aux côtés du président Patrice Talon pour réformer le système partisan », a-t-elle souligné. La série de réformes engagées par le gouvernement dans les domaines politiques économiques et sociaux sont nécessaires  pour remettre notre pays sur le chemin du développement et du progrès. A l’en croire, aucun sacrifice n’est de trop lorsqu’il s’agit d’œuvrer pour léguer aux générations futures un pays où existe le bien-être et le mieux-être,  la  paix, prospérité. Saluant les qualités d’homme d’Etat de Mathurin Coffi Nago, coordonnateur du Fdu, elle a rappelé qu’il est un homme de parole qui honore à ses engagements. Pour elle, c’est sous le leadership de ce dernier que beaucoup de lois ont été votées au nombre desquelles, le code électoral qui introduit plusieurs innovations dont une Céna permanente, ainsi que la création des unités administratives et locales. «  Ma présence aux assises des Fdu est un devoir de reconnaissance à l’endroit d’un leader politique qui a marqué l’histoire des  5ème et 6ème législatures  de l’Assemblée nationale », a-t-elle conclu.

A.N.A