Spread the love
thierry hounlelou
Thierry Hounlèlou a présenté les réformes sanitaires

L’émission «Ma part de vérité» de Golfe télévision a reçu, dimanche 03 juin 2018, Thierry Hounlèlou, médecin en chef de la commune de Tori-Bossito. Il a salué les réformes entreprises par le gouvernement dans le secteur de la santé en mettant un accent particulier sur l’évacuation sanitaire.

« Les réformes sanitaires au Bénin : à quel prix ?». C’est le thème développé hier par Thierry Hounlèlou, médecin en chef de la commune de Tori-Bossito, sur l’émission «Ma part de vérité». Selon lui, depuis des lustres, le système sanitaire souffre d’une maladie dont le gouvernement du président Patrice Talon a le remède. « Tous les acteurs du secteur de la santé sont unanimes sur la nécessité de rompre avec les mauvaises habitudes », a-t-il déclaré. Dans ses propos, il a énuméré les six piliers sur lesquels repose le système sanitaire  béninois. Il s’agit des ressources humaines, des ressources financières, de la technologie, des prestations de soins, du système de l’information sanitaire et enfin de la gouvernance et le management du système. A son avis, le problème de ressources humaines se pose avec acuité où, les affectations ne se font souvent pas dans les règles de l’art, et le recrutement de 2008 n’a pas pu corriger grand-chose. « Egalement, les financements dont devraient bénéficier le secteur sont mal orientés et ne permettent pas de réaliser certains projets », a-t-il indiqué. Les réformes engagées par le gouvernement actuel dans le domaine des évacuations sanitaires ont été saluées par l’invité de Charbel Aïhou. « Les évacuations sanitaires au Bénin coûtent près de 12 milliards de Fcfa par an pour 300 patients », a-t-il fait savoir. Le médecin en chef de Tori-Bossito a révélé comment les billets d’avion fictifs sont achetés et comment certains acteurs du système empochaient les sous sans jamais faire voyager les malades. Il a estimé que la construction de l’hôpital de référence à Abomey-Calavi pourra bien mettre fin aux évacuations.Par rapport à ce qui se dit sur les réseaux sociaux concernant le décès du petit garçon Jean-Eudes Laourou, Thierry Hounlèlou a souligné que le gouvernement a joué sa partition dans ce dossier.

 Donald Kévin Gayet

(Stag)