Spread the love
RAFIATOU-MONROU
La ministre Rafiatou Monrou a annoncé les chantiers de son département ministériel

La ministre de la communication, Rafiatou Monrou, était hier mardi 06 juin 2017 sur l’émission Bénin révélé. Pendant 90 mn, l’invitée a exposé les grands projets en gestation dans le secteur du numérique.

Son discours est optimiste et chargé d’espérance. La ministre de la communication, Rafiatou Monrou, voit poindre à l’horizon une révolution dans le secteur du numérique. Les chantiers sont énormes, la restructuration du secteur se révèle selon elle, la plus urgente. Pour la responsable en charge de la communication, la grande action amorcée depuis les premiers jours de son installation a été la mise en route du projet d’implémentation de l’internet haut débit avec le déploiement de la fibre optique. Pour Rafiatou Monrou, le Bénin dispose d’un bijou dont le potentiel est sous-exploité jusqu’à présent. Le Sat 3, au début, était utilisé à peine 50% pour 10% pour la seconde fibre. Cet usage limité ne permettait pas d’avoir de la disponibilité pour les grands projets numériques. La donne, a-t-elle affirmé, a désormais changé et ce potentiel sera dupliqué sous peu. « Aujourd’hui, nous avons multiplié la capacité existante. Nous avons bouclé le financement pour la boucle ouest. L’objectif est d’avoir le haut débit partout. Les deux câbles sont là et il faut les utiliser », a-t-elle fait savoir. Le grand mérite du déploiement de ce potentiel est la disponibilité de l’internet pour des projets innovants comme le E-commerce, le déploiement des potentiels internes avec l’utilisation des applications innovantes et le projet ‘’Smart’’. Par rapport à ce dernier projet dont le financement est pratiquement bouclé, le gouvernement du Bénin envisage numériser l’administration publique. « Le Projet smart vise la mise en place d’une administration innovante. Avec ce projet, les pensions de retraite, le paiement des impôts, les documents administratifs, les pièces d’Etat civil, seront possible en un seul clic. Tous les services que l’administration rend doivent pouvoir être disponibles par internet », a-t-elle déclaré. L’open data sera donc effective avec une place de choix pour la disponibilité du service. Dans le domaine de l’enseignement, l’ambition est également affichée avec des universités numériques interconnectées. « Nous aurons des classes numériques et des universités interconnectées et des enseignants animant des classes numériques de façon simultanée. Ce sera la consécration du numérique dans le secteur éducatif », a-t-elle fait savoir. Mais les secteurs du commerce (e-commerce) et de l’artisanat seront aussi au cœur de cette révolution numérique amorcée. Un programme est d’ailleurs en vue pour former les artisans dans ce domaine. Pour la mise en œuvre de tous ces projets, il y a les incubateurs et les start-upers qu’il va falloir dynamiser et encadrer pour le développement d’applications innovantes. Dans ce domaine, il est envisagé l’accompagnement de 2000 start-uper. La finalité est de permettre au secteur numérique d’absorber des milliers d’emplois.  Dans le domaine de la télévision numérique, l’autorité en charge du numérique a déclaré sans ambages que le premier émetteur sera allumé d’ici le mois de septembre. L’autre sujet abordé, c’est celui des opérateurs Gsm. L’autorité est également revenue sur les réformes au niveau de Bénin Telecom avec deux structures phares (au lieu de trois) et le renforcement du potentiel de Benin Telecom infrastructures. La polémique au sujet de la qualité de services des opérateurs Gsm a été également abordée. Pour l’autorité, de grandes réformes sont en cours pour mieux renforcer le contrôle.
 
HA