Spread the love

Adrien Houngbedji1(Deux blocs autour du chef de l’Etat)

Les choses se précisent dans le camp du chef de l’Etat sur la question des regroupements. Lors d’une rencontre tenue hier mardi 18 septembre 2018 à Cotonou avec d’autres alliés, le Parti du Renouveau démocratique (Prd) a accepté se fondre dans un grand ensemble, plus précisément « Dynamique unitaire ». Il se dessine qu’on aura deux grands ensembles autour du président de la République. Le Bloc progressiste étant le second.  

La rencontre tenue le dimanche 16 septembre 2018 à Cotonou dans une résidence proche de l’aéroport entre le chef de l’Etat et les leaders des forces politiques le soutenant a connu de sérieuses avancées. Après avoir écouté  Patrice Talon qui leur avait demandé de mettre fin à la multiplicité des blocs politiques qui se réclament de son camp, les leaders des partis et mouvements, ainsi que des ministres et autres personnalités se sont retrouvés hier pour clarifier leur position sur la question. Si l’on pouvait rapprocher les uns et les autres  de tel ou tel grand ensemble, cela n’était pas possible  du côté du Prd qui a attendu hier pour briser  le silence sur sa position. Ainsi, il a signifié à la rencontre du mardi qu’il rejoint « Dynamique unitaire » dont  Abdoulaye Bio Tchané est le chef de file. Cette décision n’a vraiment pas surpris, même si l’on savait que le président du Parti du renouveau démocratique (Prd) et de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji, n’était pas convaincu à l’idée de laisser tomber son parti au profit d’un grand ensemble voulu par le président de la République. Depuis quelques mois, il faut reconnaître que le Prd est secoué et ébranlé par l’allure que prennent les débats. Présent à la rencontre du 16 septembre présidée par le chef de l’Etat, il n’avait pas rechigné sur le projet, mais le silence qu’il a entretenu a laissé croire à un « Oui » mais… Conscient du danger qu’il court s’il prenait une autre décision et vu les difficultés actuelles au sein du parti, il a fait preuve de pragmatisme. Sinon, il prenait le risque d’enfoncer le parti. Pour deux principales raisons. D’abord, il aura comme adversaire sur le terrain une opposition qui s’organise et conduite par Yayi Boni et Sébastien Ajavon. Ce tandem lui donnera du fil à retordre et  à coup sûr, va priver le Prd de tirer son épingle du jeu. Déjà avec les données électorales des dernières élections et vu les nombreuses défections au sein du parti, les « Tchoco-Tchoco » ont perdu assez de plumes. Pas plus qu’il ne pouvait mieux se porter quand la machine du pouvoir va se déployer sur le terrain dans le but de ratisser large. Il y a donc un gros risque pour lui de se faire hara-kiri s’il prenait la décision de faire cavalier seul. A l’évidence, le Prd se sent en danger et ne peut plus compter sur ses propres forces. Me Adrien Houngbédji, sans crier gare, a décidé de laisser tomber son affaire de Prd pour se tourner vers un grand ensemble.

 Abdourhamane Touré