Spread the love

rbL’ancienne Présidente du Parti Rosine V. Soglo conforte le Président d’honneur Nicéphore et épaule Léhady. Les dissidents, selon elle n’ont autre choix que de prendre la porte. La suite se complique pour ce parti historique.
« Ceux qui se croient tout permis je viens leur dire urbi et orbi que la porte leur est grandement ouverte », scandait hier la doyenne d’âge au Parlement et leader de la Rb Rosine Soglo. Dans un style un peu inhabituel qui alliait candeur et fermeté, Rosine Soglo est intervenue en Chef de foyer, venue mettre de l’ordre à la maison. C’est la caricature d’un père de famille fatigué de ses enfants ‘’récalcitrants’’ qui se décide enfin de les mettre à la porte. Il ne revient pas aux dissidents de Sun City de prétendre exclure Léhady Soglo, mais à eux de prendre la porte. Rosine Soglo reste péremptoire et à la limite menaçante. A ce niveau des débats, la question qui intéresse à plus d’un titre, reste la suite de ce feuilleton tumultueux. En effet, à suivre la position des deux personnalités influentes du parti et leur parti pris sans ambages aux côtés de Léhady Soglo, on a du mal à voir l’issue. Ceci amène à redouter une hypothèse qui pourrait être jugée d’excessive. Est-ce qu’un de ces jours, Rosine Vieyra Soglo et Nicéphore pourront ensemble signer une déclaration pour désapprouver la rencontre de Sun City et demander aux dissidents de prendre la porte? Est-ce qu’en posant un tel acte, ils seront légitimes et qu’est-ce qui restera de la Rb après le départ de ces dissidents ? L’hypothèse porte une vue hautement pessimiste mais ne manque pas d’intérêt surtout avec le niveau des débats. Les positions sont tranchées le défaut de concession peut être fatale. Mais de l’autre côté, est-ce qu’il est permis de se demander si au lieu certainement d’éviter l’implosion du parti, les dissidents seraient aussi un de ses jours amenés à accepter passer l’éponge sur la rencontre Sun City. Cette vue a par contre, l’intérêt d’être suffisamment optimiste, mais perd de vue l’engagement de ces derniers à tourner la page. Mais est-ce qu’il ne serait pas plus sage pour les deux parties d’épouser la logique médiane. Celle qui permettrait d’aboutir à un sacrifice réciproque pour une solution partagée. Il s’agira peut-être de demander aux dissidents de surseoir, au nom de l’avenir du parti aux décisions de Sun City, mais aussi aux deux patriarches de consentir à la destitution de Léhady à l’occasion d’un congrès régulièrement organisé et même présidé par l’un d’eux. Ceci conforterait d’ailleurs la logique de Rosine Soglo qui se dit favorable au congrès, mais aussi à celle des dissidents pour qui le seul problème reste le maintien de Léhady à la tête de la Présidence de la Renaissance du Bénin. Nicéphore et Rosine pourront se laver définitive de la logique paternaliste qu’on leur a de tout temps collée et instaurer un parti démocratiquement en marche. Tout ceci parait idéaliste par ailleurs, mais il semble que s’il est possible d’imaginer un scénario plus ou moins  paisible, la sagesse nous y convie vivement.

AT