Spread the love
ABIOLA-ETUDIANTS
François Abiola engage enfin une médiation

Le Ministre de l’enseignement supérieur François A. Abiola a rencontré les organisations estudiantines dans la matinée d’hier mercredi 10 juin 2015 à son cabinet. Les échanges présagent d’un dégel de la crise.

D’entrée, l’autorité ministérielle a voulu s’enquérir des causes des dernières échauffourées sur le campus universitaire d’Abomey Calavi. A tour de rôle, les représentants des unions et fédérations présents que sont la Fneb, l’Unseb l’Uneb ont exposé les faits et rappelé les principales revendications. Elles ont noms, le rapport de la décision portant suppression de la seconde session à la Flash, le retrait sans délai des hommes en uniforme du campus ainsi que la libération des étudiants arrêtés. Selon le représentant de l’Unseb, le Ministre en réponse aux différents exposés des apprenants s’est dit surpris de l’état des lieux. Il a fait à l’occasion, deux promesses. La première, c’est la libération sans délai des étudiants arrêtés. La seconde, affirme-t-il, c’est la tenue ce jour d’une rencontre avec l’équipe rectorale pour réfléchir ensemble sur les mesures urgentes à prendre concernant la question de la seconde session. Il a demandé aux représentants d’étudiants de surseoir au mot d’ordre ‘’campus mort’’, le temps que les divergences soient aplanies. Une autre rencontre entre l’autorité et les responsables d’étudiants est prévue pour ce jour. « A l’issue de la séance de ce jour, il est prévu pour demain vendredi une Assemblée générale de restitution des 3 organisations sur le campus. Celle-ci vise à expliquer aux camarades les différentes négociations faites. A cette séance, nous allons décider de la suite», a déclaré le représentant de l’Unseb, Kévin Davi. Dans la même journée d’hier, les représentants de la Fneb, de l’Uneb et de l’Unseb ont rencontré la directrice des œuvres universitaires. Celle-ci a fait part des plaintes à elle parvenues et faisant état d’un groupe d’étudiants logés dans les cabines qui s’organisent en forces de résistance aux policiers déployés sur le campus. Elle n’a pas manqué à l’occasion, d’exprimer son engagement à peser dans les négociations pour que la paix revienne. « Nous l’avons rassuré que ce sont les forces de l’ordre par contre qui investissent les cabines et tabassent nos camarades. Elle nous a rassurés de sa disponibilité à s’impliquer pour que la situation se calme. », a-t-il déclaré.

 Hospice Alladayè