Spread the love
echanges syndicaliste
Le chef de l’Etat a eu de fructueux échanges avec les partenaires sociaux

  (Todjinou, Lokossou, Chadaré….satisfaits)

Dans la soirée d’hier, lundi 22 août 2016, le président de la République a reçu à son cabinet, les responsables des centrales syndicales. Après deux heures environ d’échanges avec le chef de l’Etat, les secrétaires généraux, à leur sortie d’audience, ont exprimé leur satisfaction face à l’ambiance qui a prévalu au cours de la rencontre.  
Face à la presse hier à la présidence de la République, les responsables des centrales syndicales n’ont pas pu cacher leur sentiment de satisfaction. Ils ont tous reconnu que le chef de l’État a un style qu’ils apprécient. « Le chef de l’Etat a marqué beaucoup de respect pour nous qui sommes ses partenaires sociaux. Il y avait vraiment une ambiance très chaleureuse…», a confié Noël Chadaré à la presse. Que ce soit Pascal Todjinou ou Dieudonné Lokossou, ils ont aussi salué, non seulement la démarche du Président Talon, mais aussi la considération qu’il a pour le monde syndical. « Nous sommes sortis de cette audience, on ne peut plus satisfaits, dans l’espoir que les choses ne se passeront plus comme avant », a ajouté le Secrétaire Général de la Cosi-Bénin. Au cours de la séance, plusieurs sujets ont été abordés. Dieudonné Lokossou de la Csa-Bénin donne ici les précisions : « Je pense que chaque président de la République a son style. Moi, je ne suis pas venu négocier. Ce n’est pas à la présidence qu’on négocie. Il y a un cadre de négociation. C’est la première fois que le Chef de l’Etat nous reçoit. A tort ou à raison, on a cru qu’on n’était pas de la première loge. Moi, je ne m’en plains pas.  On ne peut pas quémander une audience. Il a tenu compte de son agenda. Les problèmes essentiels sur lesquels nous ne sommes pas d’accord, par exemple, sur son style de gouvernance, on le lui a dit. Par exemple, la commission nationale qu’il a mise en mise en place pour opérer les réformes. Les cinq cents millions Fcfa qu’il a sortis, nous le lui avons  dit poliment. Mais, il s’est expliqué. Mais, moi, j’estime que dans un océan de misère, pour le travail qui a été fait,  on ne devait pas décaisser une somme aussi faramineuse. Donc, je crois qu’il a compris. Quant aux autres points que nous avons abordés, en ce qui concerne les travailleurs, puisque vous savez que bientôt c’est la rentrée….ils vont reprendre bientôt les concours…Ceux qui estiment qu’ils ont travaillé, je pense que l’espoir n’est pas totalement perdu. Ils vont reprendre les compositions. Avant la rentrée, la grande commission paritaire qui s’occupe des questions entre le gouvernement et les confédérations va se réunir pour que nous ayons une rentrée apaisée. »

Sur les actes  déjà posés

Il s’est aussi agi de l’appréciation des actions déjà menées par le régime Talon. Les responsables des centrales syndicales ont salué ce qui est bon et critiqué ce qui ne l’est pas, selon eux. Pour Noël Chadaré de la Cosi-Bénin, « dans l’ensemble, on peut retenir que ce qui a été posé comme actions positives par le Chef de l’Etat, tous les secrétaires généraux ont apprécié ». Il  a cité, par exemple, l’annulation des concours frauduleux, la décision courageuse du découpage territorial, la réduction du train de vie de l’Etat, entre autres, et aussi la chasse aux faux diplômes. « Et nous lui avons fait remarquer que pour certaines décisions dans les réformes, les partenaires sociaux ne sont pas impliqués. Certaines décisions ne sont pas inclusives et qu’il y a la morosité sur le plan économique. Il y a certaines décisions qui auraient dû être prises et qui ne le sont pas », a-t-il souligné.

La rentrée scolaire  et le recrutement d’enseignants

Le Secrétaire de la Cosi-Bénin a insisté sur les questions liées à la rentrée scolaire. Pour lui, on traîne déjà les pas : « Il fallait parer au plus pressé. Il ne reste plus de temps : un mois et demi, et on sera aux portes de la rentrée. Les concours ont été annulés. Il faut aller vite pour recruter  les enseignants qualifiés qui sont formés dans des écoles normales et qui vivent dans la précarité…en attendant d’organiser les concours. On nous a dit qu’un manuel de procédures vient d’être adopté dans le cadre de l’organisation des prochains concours. Ça va prendre un peu de temps. Il faut une situation transitoire et recruter tout simplement tous ces gens qui sont sortis des écoles normales et qui ont de la qualité à revendre et les sortir de la précarité ». Noel Chadaré a confié à la presse que tout s’est bien passé et qu’il espère que ce sera ainsi pour toujours : « Dans l’ensemble, il faut dire que tout ce que nous avons dit a eu un échos favorable auprès du Chef de l’Etat qui a promis, les jours à venir, nous rencontrer de façon régulière et de rouvrir les négociations dans le cadre de la commission permanente des négociations Gouvernement-centrales syndicales».

  Félicien Fangnon