Spread the love
diaspora
Patrice Talon sera accompagné par ses compatriotes de la diaspora

Le samedi 4 octobre 2017, le président Patrice Talon a rencontré à Paris à la place Vendôme, la diaspora béninoise de la France et environs. Cette rencontre très importante a permis de faire le point des réformes engagées dans le cadre de la mise en œuvre du Pag.

Echanger avec ses compatriotes de la diaspora et leur présenter le point de réalisation du programme d’actions du gouvernement, c’est l’objectif poursuivi par l’organisation de cette rencontre. Ils étaient venus par milliers, parce que pour eux l’occasion était inédite. Accompagné des ministres Romuald Wadagni de l’économie et des finances, de Aurélien Agbénonci des affaires étrangères, de Oswald Homeky des sports et du conseiller spécial, Johannes Dagnon, cette rencontre a permis à chacun d’eux d’exposer l’état des réformes dans plusieurs secteurs d’activités. Après les mots de bienvenue de Auguste Alavo, ambassadeur du Bénin en France, l’honneur était revenu à Aurélien Agbénonci, ministre des affaires étrangères, d’introduire le président de la République. Dans ses propos liminaires, Patrice Talon  a expliqué la raison de sa venue  en France. « Nous sommes venus partager avec vous les avancées réalisées dans la mise en œuvre du Pag et ce qu’il reste pour les 3ans et demi à venir», a-t-il dit. A l’en croire, ce qui a été mis en place n’est pas un rêve, mais plutôt ce qui était possible de faire pour redorer le blason du Bénin. Selon lui, l’impatience des Béninois par rapport aux résultats est normale, mais il était important de travailler à asseoir les fondamentaux afin que chaque Béninois donne le meilleur de lui-même. « Nous avons réformé l’administration pour qu’elle soit désormais plus compétitive et performante », a-t-il lancé. Après cela, c’est le tour des ministres présents de présenter les résultats obtenus dans différents domaines.

 Un climat des affaires propice à l’investissement

 Présentant les réformes dans le secteur des finances, Romuald Wadagni, ministre de l’économie et des finances, a expliqué comment l’environnement des affaires a été assaini pour permettre aux potentiels investisseurs de venir investir. A cet effet, 50 lois sont votées en 18 mois dont 9 adoptées. La réforme du code foncier, l’opérationnalisation de l’agence nationale du domaine et du foncier avec à la clé le lancement du chantier du cadastre et l’élimination de la fiscalité sur le foncier pour inciter aux formalités sont autant de réformes qu’a connues le foncier. Au niveau de la réforme de l’administration publique, le régime d’emploi des collaborateurs extérieurs est devenu une réalité, la simplification des procédures d’embauche est simplifiée, et le Ravip vient d’être lancé pour la mise à disposition de la carte unique à tout faire. Ce qui permettra à tous les citoyens d’avoir désormais une pièce d’état civil. Tout ceci a été possible en 18 mois et c’est une prouesse pour le Bénin.  Le train de vie de l’Etat a été réduit avec la limitation du nombre des ministères, la dégression des membres du cabinet ministériel et des structures sous tutelle. Le social a pris une grande partie des actions du gouvernement de la rupture en 18 mois. En effet, en 2017 , le président Patrice Talon et son gouvernement ont injecté dans le social 180 milliards de FCFA alors que la norme retenue par le Fonds monétaire international est 160 milliards de Fcfa. C’est dire que les critiques selon lesquelles le gouvernement ne fait pas du social ne sont pas fondées. Mais il s’agit plutôt du social fait de façon structurelle et non de dilapidation des ressources comme cela avait été le cas auparavant. D’autres réformes importantes ont été opérées. On peut citer pêle-mêle  l’audit de la fonction publique, la gestion des bourses universitaires, la création de la cellule des voyages officiels et la gestion efficiente du parc automobile de l’Etat par la méthode du leasing.

 Les explications de Agbénonci et Homeky dans les secteurs phares

 Le secteur énergétique était empreint à d’énormes difficultés à l’arrivée du gouvernement de la Rupture. Le  délestage était à son comble. Mais très tôt, prenant la mesure de la situation, d’énormes investissements ont été faits. En effet, le 29 septembre 2017 le lancement de la construction d’une première centrale de 120Mw et les différents accords ont été conclus pour la construction de trois autres centrales les mois à venir. Egalement, les travaux de renforcement du réseau de la Sbee et la mise en gérance déléguée de la société est une réalité. Le vaste programme de fourniture d’eau potable dans 18.000 localités est lancé avec à l’appui la signature d’un accord de prêt avec la Chine d’un montant de 50 milliard de francs Cfa pour la fourniture d’eau potable dans les collines et dans le Zou. Dans le domaine de l’urbanisation, le projet asphaltage verra le jour dans 9 villes en 2018. Il sera accompagné d’une usine moderne pour le traitement et la transformation des déchets. Dans le domaine de la santé et de la protection sociale, le secteur sanitaire continuera d’être modernisé et le plateau technique sera renouvelé. Le numérique est l’un des domaines phares du Pag. Et c’est pour cela qu’un effort a été fait pour le déploiement de la fibre optique pour avoir un internet haut débit dans tous le pays. Ceci permettra, à partir de février 2018, la délivrance de passeport surplace pour éviter que les Béninois de la diaspora perdent leurs titres de séjour. Au niveau du tourisme, beaucoup d’études ont été achevées afin de permettre la valorisation du patrimoine touristique et culturel. Il s’agit de la Pendjari, de Ouidah, Porto-Novo, et Nikki. Le sport et la culture ne sont pas occultés. La construction des théâtres de verdure est imminente et cerise sur le gâteau la construction d’un zénith de 5000 places au stade  Général Mathieu Kérékou afin de disposer désormais d’une salle de spectacle moderne. Pour cette rentrée 2017-2018, les classes sportives sont lancées. L’inscription a été libre dans les disciplines choisies par les enfants. La construction des infrastructures sportives aux normes dans les 12 départements se poursuit. Après toutes ces explications, le président Patrice Talon a répondu aux questions posées par ses compatriotes. Même  les plus impertinentes ont trouvé des réponses adéquates. Cette rencontre qui a été une réussite a démontré la détermination de la diaspora à soutenir Talon. Elle a marqué sa disponibilité à accompagner le Pag pour sa réalisation.

 Armel Nelson Avadémey