Spread the love
RAFIATOU-MONROU
Rafiatou Monrou menace de passer à l’arrêt des services des Gsm

Rencontre tout fiel hier entre le ministre de la communication Rafiatou Monrou et les opérateurs de téléphonie mobile. L’autorité ministérielle a été péremptoire. Toutes les offres des Gsm seront arrêtées. C’était au cours de la séance de travail qu’elle a eue hier avec les responsables à son cabinet.

« Nous allons arrêter toutes les offres. A partir de la semaine prochaine, les offres pour lesquelles l’abonné n’aura pas la possibilité de faire la traçabilité, nous allons les arrêter », a déclaré la Ministre de la communication. Pour l’autorité, les réseaux Gsm entretiennent le flou dans la facturation des nombreuses offres qu’ils proposent. Cet état de choses, a-t-elle argumenté, empêche l’abonné de faire la traçabilité. Ce qui lui donne l’impression d’être constamment grugé par ces réseaux. Pour mettre fin à cette situation, l’autorité a mis les responsables Gsm en demeure de tracer toutes leurs offres. « Il faut que vous arriviez à prouver la traçabilité des offres que vous avez. L’abonné doit savoir combien il consomme quel qu’en soit le service que vous lui proposez. Nous allons tout arrêter et quand vous aurez réussi cela, vous pourrez reprendre vos offres », a fait savoir l’autorité. Pour Rafiatou Monrou les plaintes montent dans le rang des consommateurs qui concluent à un abus des opérateurs Gsm. « Il y a des plaintes de vol de crédit du fait de certains opérateurs. Ce n’est pas normal », a-t-elle déclaré. En réponse, les opérateurs Gsm ont, à l’unanimité déclaré que les plaintes pour la plupart ne sont pas fondées. Ils ont affirmé qu’ils ont en leur sein des dispositifs qui permettent de vérifier ces plaintes et corriger ce qui doit l’être. Pour le secrétaire exécutif de l’Arcep, Hervé Guèdègbé, le débat sur les tickets de facturation date de 2011. « A l’époque, on avait des services voix. Aujourd’hui, ils ont d’autres offres surtout les services data. Toutes ces offres doivent être accompagnées de modèles qui permettent au consommateur de suivre sa consommation, mais ce n’est pas cas », a-t-il déclaré. Et il poursuit : « Il y a des offres auxquelles l’abonné ne souscrit pas, mais qu’on lui impose pratiquement. Après, on lui dit de composer pour désabonner. Et si l’abonné n’est pas instruit ? Beaucoup de Gsm jouent sur l’analphabétisme », a-t-il déclaré. L’autre sujet brûlant, c’est le contrôle de la tarification. En la matière, un audit est en cours pour vérifier la régularité des tarifs. A ce niveau, l’autorité s’est montrée imperturbable. Elle parle de sanction pénale. « Il y a un audit sur les tarifs qui est en cours. Lorsqu’on aura les résultats sur ces audits, les opérateurs Gsm qui seront identifiés, les sanctions habituelles leur seront appliquées. Mais au-delà de ces sanctions, nous allons les attraire devant les tribunaux pour nous plaindre pour escroquerie. Il n’est pas normal qu’un réseau Gsm abuse des abonnés », a-t-elle dénoncé.

HA