Spread the love
bruno(2)
Bruno Amoussou

Depuis que la coalition l’Union fait la Nation ( Un) a fait comprendre, par un communiqué, qu’elle ne soutiendra aucun candidat pour l’élection présidentielle de février prochain, des accusations sont portées sur la personne de Bruno Amoussou (photo), son président. Diverses raisons sont évoquées pour faire croire que la responsabilité  lui incombe.

Bruno Amoussou est-il réellement le fautif de cette position de l’Union fait la Nation au sujet de l’élection en vue ? Difficile de répondre à cette question. Seulement, il est important de faire des rappels. Juste après l’élection présidentielle de 2011 qui a enregistré l’échec de l’Union fait la Nation ( la plus grande coalition politique de l’opposition d’alors), Bruno Amoussou a quitté la tête de son parti (le Psd) qu’il dirigeait depuis 1990. Il l’a confié à son adjoint, Emmanuel Golou, élu plus tard président par un congrès. Les raisons de cette démission étaient simplement qu’il ne voulait plus continuer à cumuler la gestion du parti et celle de l’alliance alors qu’il y a d’autres jeunes pour assurer la relève.
En Novembre 2014, Bruno Amoussou demande à quitter la tête de l’Union fait la Nation. C’était au cours de la convention tenue au palais des congrès de Cotonou le samedi 22 Novembre 2014. Son souci était de passer la main, de son vivant, et surveiller tout à distance avec des yeux de sagesse. Bruno Amoussou avait voulu permettre à la jeunesse de faire son expérience et développer ses capacités à conduire des regroupements politiques. A l’époque, il y avait des jeunes comme Jude Lojou, Lazard Sèhouéto, Eric Houndété, et un peu moins jeunes à l’image de Emmanuel Golou, Théophile Montcho, Alain Adihou et autres… Mais, personne n’avait voulu accepter l’offre. La jeunesse avait fui ses responsabilités en évitant de prendre la place que Bruno Amoussou avait voulu leur céder. Tous les participants à cette convention l’avaient supplié de rester encore à la tête de l’Union pour un moment, le temps que la jeunesse ne désigne celui qui prendra la relève.
Bien avant cette convention, Bruno Amoussou avait déjà exprimé son désir de passer la main à la jeunesse. Et on lui avait dit qu’une suite lui sera donnée en 2014, à la rencontre suivante. Mais, la suite n’a pas été favorable.
Certains, en Novembre 2014, concluaient déjà que la jeunesse Un ne veut pas prendre la relève et qu’elle est certainement incapable de gérer cette coalition.
A qui la faute ? 
Bruno Amoussou, ancien président de l’Assemblée nationale, ancien Ministre d’Etat, plusieurs fois candidat à  l’élection présidentielle au Bénin, a quitté la tête de son propre parti politique. Il a exprimé plus tard la volonté de quitter la tête d’une coalition qu’il dirige et qui, malgré tout, n’avait pu élire un chef d’Etat en 2011 au moment où elle était plus solide. Et deux ans avant 2016, il réitère son souhait qui n’a reçu un écho favorable. Mais il s’est battu pour que des jeunes viennent aux affaires au sein de la coalition. Jude Lojou de Force clé par exemple, est devenu coordonnateur général de l’Un en remplacement de Idji Kolawolé.
Et depuis toujours, les plus actifs au sein de l’Union sont Eric Houndété ; Lazare Sèhouéto et autres… D’ailleurs, dans le cadre de la promotion des jeunes, Eric Houndété s’est vu positionné au poste de vice-président de l’Assemblée nationale au nom de l’Union fait la Nation.
Pour l’élection présidentielle de Février, tout a été fait mais la coalition s’est vue incapable de désigner un candidat unique, aussi bien à l’interne qu’à l’externe. Doit-on dire que Bruno Amoussou est le seul coupable de cette démission collective ?
L’Union en rang dispersé ?
Le jeudi passé au cours d’un conseil national tenu à Cotonou, le Parti social démocrate a décidé de soutenir un candidat pour l’élection de février prochain, malgré la décision de la coalition à laquelle elle appartient à rester neutre. Eric Houndété de Force clé, a été investi, quelques jours après par une autre coalition. Dans la soirée d’hier, l’un des plus grands partis qui reste encore fidèle à l’Un s’est rallié à un autre candidat. Les personnalités membres de cette coalition (Un) n’ont pas tous dit leur position. Mais on les voit aux côtés de divers candidats. Que reste-t-il de l’Un ? Peut-être une autre union après l’élection prochaine ?
F.F