Spread the love
STADE-LOKOSSA-POSE-PIERRE
Malgré la pose de la première Pierre , les populations restent sceptiques

Le chef de l’Etat, Yayi Boni, renoue avec ses promesses sans suites. Le vendredi 23 octobre 2015, il est allé lancer, dans la commune de Lokossa, la réalisation du gazon synthétique du stade de Lokossa. Il a promis réfectionner cette infrastructure et agrandir la tribune officielle avant son départ du Pouvoir. Pour les populations, cette promesse vient s’ajouter aux nombreuses autres qu’il a faites, à la veille des élections passées.

Construire une pelouse avec du gazon synthétique en espace de trois mois et agrandir la tribune officielle du stade de Lokossa relève de l’imagination. Pour les populations de la commune, c’est de la démagogie. Elles ne croient plus aux promesses du chef de l’Etat. Et les raisons qui fondent cette crise de confiance des citoyens sont nombreuses. D’abord, elles se demandent la raison pour laquelle c’est à la veille de son départ que le président de la République vient leur miroiter la réhabilitation de cette pelouse. Mieux, les caractéristiques de l’infrastructure n’ont pas été précisées dans son discours. Et, au lieu qu’il rassure les populations de la date de démarrage de la rénovation de cette infrastructure, il s’est contenté de dire que c’est à la fin de ce mois que les entrepreneurs vont venir. « Nous ne comprenons pas le chef de l’Etat. Il ne nous a pas du tout rassurés sur la date de démarrage de la réalisation de la pelouse et la durée des travaux. Il nous a laissés sur notre faim. Personne ne sait quand est-ce que les entrepreneurs vont démarrer les travaux. Ce sera encore un éléphant blanc. Cela frise la démagogie (…) », s’est indigné un citoyen de Lokossa. Pour les observateurs avertis de la vie politique, Yayi Boni était en campagne électorale. La preuve, il a pris la majeure partie de son temps pour donner des leçons de morale aux élus locaux et communaux de Fdu et Fcbe qui n’en n’ont plus besoin. Le moment n’était plus propice. Car, les élections sont terminées et tous les acteurs politiques de Lokossa s’attellent déjà à enterrer la hache de guerre et travailler la main dans la main pour le développement de la commune. A ces raisons s’ajoute la légèreté avec laquelle il a posé la première pierre sur le terrain de sport. Pour les citoyens de Lokossa, cet acte est douteux. De toutes les façons, les populations ne croient pas à la réalisation de cette infrastructure sportive.

 Claude Ahovè

(Br Mono-Couffo)