Spread the love

ecoliersC’est la rentrée des classes ce lundi 03 octobre 2016 au Bénin. Elèves des cycles primaires et  secondaire ont repris le chemin de l’école pour les neuf prochain mois. Un tour dans certaines écoles et collèges de la ville de Cotonou nous as permis de constater que les cours n’ont pas encore véritablement démarré.

Au complexe scolaire d’Akpakpa-Centre, l’heure est au nettoyage et au retrait de la liste des fournitures scolaires de l’année scolaire. A notre descente ce matin sur les lieux, la cour de l’école grouillait de monde. Les anciens, heureux de retrouver leurs camarades et les nouveaux écoliers, les larmes aux yeux, gardent dans leur main le bras de leurs parents. Selon le directeur du Groupe E dudit complexe, Alexandre Sègbohouè, la plupart des classes sont désertes et cette situation se justifie par le fait que la prérentrée n’a pas été effective de leur côté : «  Nous nous sommes prêts pour démarrer, les enseignants se sont déjà apprêtés. Le mal est que les classes sont pratiquement vides à part quelques uns qui viennent juste pour acheter la liste des fournitures or l’Etat nous avait donné un organigramme que nous devrions suivre depuis la semaine dernière, ces choses doivent être faites, ce qui n’a pas été le cas » a-t-il affirmé.  En attendant que les enseignants ne se montrent, On nettoie la cour et les salles de classes. Le constat est le même au niveau des autres groupes. Sur les cinq que compte l’école, seul le groupe B dispose de la totalité de son personnel. Le groupe A pourrait  faire face à une pléthore d’effectifs dans les classes parce qu’il doit accueillir les écoliers du groupe F dès cette rentrée scolaire, nous as confié la directrice du groupe Salamatou Moustapha. La rentrée scolaire est effective. Les enseignants n’attendent que les écoliers pour le démarrage effectif des activités pédagogiques. La situation est encore plus visible dans les collèges. Au Ceg Houéhiyo comme au Ceg Sègbèya, peu sont ces professeurs qui ont pu effectivement démarré les enseignements puisque les salles de cours étaient vides et poussiéreuses. Les apprenants rencontrés estiment qu’ils sont là juste pour prendre connaissance des emplois du temps en attendant une reprise effectives dans les prochaines heures.

Léonce ADJEVI