Spread the love
ousmane batoko
Ousmane Batoko et les siens effectuent leur rentrée

La Cour suprême, la plus haute juridiction de l’État, en matière administrative, judiciaire et des comptes de l’État, ainsi que du  contentieux des élections locales, tiendra  son audience solennelle, à l’occasion de sa rentrée, ce jour. Le chef de l’Etat, président du Conseil supérieur de la magistrature y est attendu.

Patrice Talon participera, en sa qualité de président du Conseil supérieur de la magistrature, à l’ouverture officielle de l’audience solennelle  qui sera prononcée par le président de la Cour suprême, Ousmane Batoko jeudi 26 octobre 2017. A chaque rentrée,  un thème est choisi par l’institution pour  servir de base de réflexion au cours de l’année judiciaire. Le thème de cette année porte sur l’obligation de réserve du magistrat. Un thème plus que d’actualité, à en croire des sources proches de la Cour suprême, compte-tenu du développement des vecteurs de communication,   notamment des réseaux sociaux, ainsi que des interpellations diverses du magistrat qui, au-delà de la fonction, devra faire la démarcation, entre sa liberté d’expression et son droit de réserve. C’est donc  ce thème qui servira de base pour les observations du bâtonnier de l’ordre des avocats, et de substrat au Procureur général près la Cour suprême, pour conduire ses réquisitions. Au regard de la grande actualité et de l’importance du thème, l’audience solennelle de la rentrée judiciaire 2017-2018, le premier magistrat de la République, le président,  Patrice Talon dira en dira certainement un mot, dans son discours solennel.  L’ouverture de l’Audience sera millimétrée, à la demande de ce dernier (55 mn chrono) ; dans ce créneau, 4 discours seront prononcés : celui du bâtonnier de l’Ordre des avocats, celui du Procureur général près la Cour suprême, celui du premier président de la Cour suprême et celuiduChef de l’Etat, lui-même. Plusieurs hôtes de marque y sont attendus. Il s’agit entre autre de BoubaMahaman,magistrat du grade exceptionnel, et premier président de la Cour de Cassation du Niger ; Nouhoum Tapily,  président de la Cour suprême du Mali ; Acakpovi Gamato, président de la Cour suprême du Togo, et les magistrats des  juridictions membres de l’Association africaine des hautes juridictions francophones, en fin de formation, à la 10è session ordinaire de ladite association, à l’Ecole régionale supérieure de la magistrature.

 Martin Aïhonnou

(Coll)