Spread the love

Assemblée_nationaleLa première session ordinaire de cette année 2016 s’ouvre demain mardi 12 avril au palais des gouverneurs à Porto-Novo. Les députés reprennent service après une élection présidentielle. Beaucoup de défis pour l’assemblée lors de cette nouvelle session et des élections pour pourvoir à des postes restés vacants depuis les dernières nominations.

 Les députés de la 7ème législature se retrouvent demain mardi 11 avril pour la rentrée de cette année après 3 mois de vacance. C’est une activité statutaire de l’institution régie par l’article 87 de la constitution et l’article 4 du règlement intérieur du parlement qui convoque les élus du peuple pour une rentrée dans la première quinzaine du mois d’Avril. Pendant 3 mois, les députés vont se pencher sur une cinquantaine de dossiers dont le premier est l’examen du rapport d’activités du président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji pour la période allant d’octobre 2015 à mars 2016. La Conférence des présidents sous l’égide du président du Parlement s’est d’ailleurs réunie à cet effet vendredi dernier au palais des Gouverneurs à Porto-Novo. Elle a apporté une dernière touche à l’ordre du jour et fait une programmation des plénières devant être consacrées à l’examen des dossiers inscrits à l’ordre du jour. C’est aussi la grande rentrée pour les nouveaux députés, autre fois suppléants qui viennent prendre la place des titulaires appelés à d’autres fonctions. Il s’agit de : Justin Adjovi, Guy Mitokpè, Orden Alladatin, Amadou Issifou et Domitien Nouémou.  Ils remplacent respectivement Marcel de Souza promu président de la Commission de la Cédeao, Candide Azannaï, Joseph Djogbénou et Sacca Lafia, tous trois nommés au gouvernement par le président de la République, Patrice Talon. Quant à Domitien Nouémou, il va remplacer Eric Kouagou N’dah décédé en mars dernier en Afrique du Sud après une évacuation sanitaire. A cette liste peut s’ajouter un 6ème Brice Chabi Katocha, suppléant du député Jacques Yempagou déchu de sa fonction de parlementaire par la Cour constitutionnelle qui lui reproche d’avoir cumulé son mandat de député avec celui de conseiller communal à Kérou. A cette session, beaucoup d’élections sont en vue. L’institution parlementaire devra procéder au remplacement de Candide Azannaï et de Sacca Lafia à la haute cours de justice. Un nouveau président de la commission des lois doit aussi être élu en remplacement de Joseph Djogbénou. Le poste de son adjoint aussi est resté vacant depuis la démission du député  Michel Bahou reconduit maire d’Akpro-Missérété.