Spread the love
Conférence rentrée
Salimane Karimou (à gauche) et Lucien Kokou ont levé le voile sur les mesures prises par le gouvernement

Sans l’ombre d’un doute, la rentrée des classes 2017-2018 prévue pour le 18 septembre va se tenir. Les ministres en charge des enseignements primaire et secondaire ont levé toute équivoque sur cette question. La prérentrée est prévue pour le 11 septembre 2017.

Les deux autorités en charge de l’enseignement rassurent des dispositions matérielles et financières appropriées prises pour l’effectivité de la rentrée. Pour le ministre de l’enseignement secondaire, Lucien Kokou, les grandes inquiétudes des partenaires sociaux et des enseignants sont en train d’être profondément aplanies. Les  questions liées au paiement des primes de rentrée, au redéploiement de certains enseignants, au paiement des arriérés aux enseignants nouvellement recrutés et bien d’autres préalables essentiels à une rentrée apaisée sont définitivement levés. Le reclassement des agents permanents de l’État (Ape) et l’actualisation de la formation des professeurs de comptabilité au regard des nouvelles directives de l’Ohada sont aussi réglés. Cette assurance du ministre en charge de l’Enseignement secondaire a été confortée par son homologue du primaire. Il a exposé à son tour, les dispositions prises dans le cadre de l’adoption des statuts des enseignants du primaire. A ce niveau, il a tenu à faire une nuance. « Par rapport aux statuts particuliers, il n’y a pas de problème. Nous ferons ce qui relève de notre compétence et les arrêtés seront pris. Mais il y a certains qui nécessitent l’arbitrage du Ministère de l’économie et des finances. A ce niveau, il faut une commission paritaire Ministères de l’enseignement, des finances et de la fonction publique », a-t-il fait savoir. Le gouvernement, ont fait savoir les deux autorités, est engagée à poursuivre le déblocage à temps des subventions dans les collèges publics pour le volet gratuité de l’enseignement pour les jeunes filles. Les sujets concernant l’introduction de l’anglais au primaire, l’effectivité des cantines scolaires dès la rentrée prochaine, les formations dans les écoles normales, l’interdiction des travaux dirigés payants, ont été également abordés à l’occasion.
HA