Spread the love

Sabirou-MadjidiL’émission « Cartes sur table » de la Radio Océan Fm a reçu, dimanche 03 septembre 2017, Madjidi Sabirou, secrétaire général du Syndicat national des instituteurs, institutrices, animateurs, animatrices des écoles publiques du Bénin. Pendant 90 minutes, il a opiné sur les dispositions pratiques prises en conseil des ministres pour une rentrée scolaire 2017-2018 apaisée.

Le Secrétaire général du Syndicat national des instituteurs, institutrices, animateurs, animatrices des écoles publiques du Bénin, Madjidi Sabirou est persuadé que la rentrée sera effective le 18 septembre prochain. Dans ce cadre et pour ce qui est de son ministère de tutelle, un conseil sectoriel du dialogue social s’est tenu  les 23, 24, 25 et 26 août 2017. Il a réuni une soixantaine de secrétaires généraux et a eu pour principal objectif de débattre de tout ce qui entre dans le cadre de la rentrée scolaire, notamment la mise à disposition des actes administratifs et  mutations du personnel enseignant. Selon ses dires, tout devrait être prêt avant le 11 septembre, date prévue pour la prérentrée. « Selon ce que j’ai eu, les actes administratifs paraissent déjà. Il faut permettre aux gens de connaitre leur poste et de le rejoindre avant le début de la rentrée. Un communiqué a été publié pour inviter  les enseignants à la rentrée dès le 18 septembre prochain. C’est pourquoi, je lance un appel aux gouvernants pour qu’ils tiennent compte de leurs promesses et que d’ici la fin de l’année que les enseignants sentent que par rapport au statut particulier, quelque chose a commencé à être fait, qu’il y ait la paix dans la maison et qu’il n’y ait pas de mouvements pour empêcher le bon déroulement de l’année scolaire », a-t-il précisé. En dehors de la préparation des actes administratifs et de la mutation des enseignants, il y a aussi l’interdiction des travaux dirigés payants dans les écoles publiques et l’introduction des cantines scolaires à compter de la rentrée scolaire. Pour l’invité, il y avait un texte qui interdisait les travaux dirigés payants.

Interdiction des Td payants et les cantines scolaires

Selon l’invité de Hospice Houénou de Dravo, cela n’était pas respecté à cause du nombre pléthorique des élèves dans les classes. Ce qui amenait l’enseignant à reprendre ce qui a été fait en classe, lors des séances de répétitions. « En notre temps on travaillait en groupe, mais aujourd’hui, les enfants n’ont plus cette capacité. Nous allons expérimenter la décision du gouvernement et on verra. L’interdiction n’empêchera pas d’avoir de bons résultats. Il revient à chaque directeur d’école de savoir comment encadrer les enfants. Il faut apprendre à l’enfant à travailler seul. C’est à nous enseignants de reprendre une autre méthode de travail avec les enfants pour les obliger à travailler seul », a-t-il déclaré. En ce qui concerne les  cantines scolaires, le syndicaliste  a souhaité qu’au-delà du contrôle fait par rapport à ces cantines scolaires,  que le ministère fasse aussi son contrôle. « Nous allons mettre en place notre stratégie pour pouvoir suivre de prêt ce qui se fait de ce côté-là », a-t-il affirmé. L’introduction de l’informatique et de l’anglais, a été aussi appréciée par l’invité. Pour lui, il est inconcevable, d’être à côté du géant de l’Est, le Nigeria et de ne pas pouvoir s’exprimer en Anglais. Idem pour ce qui est de l’informatique.  L’objectif, pour lui  n’est pas de commencer, mais de pérenniser.« Nous n’allons pas contre ce qu’on a fait,  mais il faut qu’on le suive de près  pour faire le point ensemble afin de relever les niveaux où il y a des couacs .Et à nous qui sommes enseignants, apprenons aux enfants à apprendre. Dès qu’on apprend à l’enfant, il n’a plus besoin de tuteur pour évoluer »,», a-t-il fait savoir.

Léonce Adjévi