Spread the love
police
La complaisance des agents de police fait grandir l’insécurité

De plus en plus les agents de la police ferment les yeux sur l’incivisme des citoyens et laissent libre cours à des indélicatesses dont les auteurs se moquent des règles de bonne conduite dans la société.

Les forces de l’ordre semblent avoir oublié leur mission. Elles ont préféré  la complaisance vis-à-vis des citoyens, ouvrant la voie à l’incivisme. Depuis quelques mois à Cotonou, il est très facile de brûler les feux tricolores. Les agents de police ne tiennent plus rigueur à la circulation des motos à deux et trois roues sur la piste cyclable. Des motocyclistes roulent, désormais, sans casque et sans crainte. Ceux qui sont en voiture ne portent pas la ceinture de sécurité. Non seulement il n’y a plus de contrôle à cet effet, mais il n’y a aucune action de sensibilisation. Les contrôles nocturnes ont cessé. Des motos de la police sont au niveau de presque tous les carrefours, mais parfois en guise d’ornement. Tout le monde (même les personnes sans foi, ni loi) circulent librement dans la ville.
Evidemment, la libre circulation est permise et c’est ce que tout le monde recherche d’ailleurs. Mais cette complaisance des agents de police fait grandir l’insécurité dans les quartiers. A Akpakpa (Dandji), le mois dernier, deux cas d’assassinat ont été enregistrés dans un intervalle d’une semaine. Dans la même foulée, des coups de feu ont retenti vers abattoir au cours de la même période sans riposte. L’insécurité revient dans la cité et les populations craignent de circuler à certaines heures dans leurs quartiers.
La police semble être plus présente dans la ville de Cotonou avec une inaction et l’effet dissuasif des patrouilles avec moins de risques des agents. Difficile de comprendre ce comportement des forces de sécurité intervenant dans la ville. En cherchant plus d’efficacité chez les forces de sécurité, le Gouvernement a mis suffisamment de moyens à leur disposition pour leur permettre de remplir leurs missions sans rançonner les usagers de la route. Il leur a demandé de se rapprocher davantage des populations pour ne plus être vues comme leurs ennemies. Mais, est-ce à dire que le rapprochement doit laisser place à la complaisance ?
 FF