Spread the love

EnabelLa promotion de la santé sexuelle et de la reproduction des adolescents et des jeunes des départements du Mono et du Couffo préoccupe les responsables de l’agence de coopération belge « Enabel » et de « Pass-Sourou ». Ils ont invité le mercredi 27 mars 2018, à Lokossa, les membres du cadre départemental de concertation en santé sexuelle et de la reproduction des adolescents et des jeunes à une session de formation sur les causes et perspectives de la lutte contre les grossesses en milieu scolaire.
Les départements du Mono et du Couffo font partie de ceux qui sont les plus touchés par le phénomène de grossesses non-désirées en milieu scolaire et artisanal, car environ 108 cas ont été enregistrés au titre du premier trimestre de cette année dans le Mono et 51 cas dans le Couffo. C’est fort de ce constat que les responsables d’Enabel et de Pass Sourou ont convié les acteurs de la promotion de la santé sexuelle et de la reproduction des jeunes et des adolescents à une session du cadre de concertation en vue de réfléchir sur les stratégies à adopter pour lutter contre les grossesses non désirées en milieu scolaire. A l’ouverture de l’atelier, le représentant du préfet du Mono, Arnaud Agon a insisté sur l’urgence pour les acteurs intervenant dans le domaine de la santé sexuelle de lutter contre ce fléau. Pour lui, cette rencontre est l’occasion pour les responsables d’Enabel, de Pass Sourou et des autorités gouvernementales, de réfléchir et de jeter les bases d’une stratégie efficace contre ce fléau. Il a saisi l’occasion pour inviter les directeurs départementaux à jouer leur partition en fournissant les statistiques à la direction de la santé et en sensibilisant la jeunesse sur ce phénomène qui n’est pas de nature à favoriser son avenir. Pour le représentant de Pass Sourou et d’Enabel, Docteur Jean-Pierre Kashala, les causes de ce phénomène sont nombreuses. Il a cité entre autres, les relations sexuelles et grossesses précoces, les Ist Vih-Sida, les violences basées sur le genre, les harcèlements sexuels et les viols. Face à cela, il a invité les participants à mutualiser leurs efforts afin d’assurer aux jeunes une santé sexuelle épanouie. Le directeur départemental de la santé du Mono, Etienne Hounkonnou a, pour sa part, déploré ce phénomène et exhorté les participants à œuvrer pour son éradication.

Claude Ahovè
 (Br Mono-Couffo)