Spread the love
tonato
José Tonato a annoncé la bonne nouvelle aux maires des communes concernées

Très attendu, le projet « asphaltage » entre dans sa phase active. Le financement est pratiquement bouclé, et les travaux démarreront sous peu. C’est la bonne nouvelle que le ministre du Cadre de vie et du développement durable José Tonato a donnée aux maires dont les Communes sont concernées par le projet. C’était au cours d’un atelier, jeudi 29 mars 2018 dans un hôtel à Cotonou.

900 milliards de francs Cfa ! C’est la somme à mobiliser pour la réalisation du projet « asphaltage » qui prend en compte 09 villes : Abomey, Abomey-Calavi, Bohicon, Cotonou, Lokossa, Natitingou, Parakou, Porto-Novo et Sèmè-Podji. Et déjà, 309 milliards de francs Cfa sont bouclés pour le démarrage de la première tranche. Pour cette phase, c’est 191 km de voies qui seront construites et aménagées sur un total de 660 km. Mais avant, il a fallu huit mois d’études. Celles-ci étant terminées, il ne reste que la sélection des entreprises. L’appel d’offres a été lancé. L’ouverture des plis est prévue pour le 10 mai 2018. Quant aux travaux, ils démarrent effectivement à la fin du mois de juin. Ces informations essentielles ont été données aux maires des Communes bénéficiaires au cours de l’atelier initié par le ministre du cadre de vie et du développement durable. Pour José Tonato, point n’est besoin encore de douter de la concrétisation de ce projet qui est la réponse à l’épineux problème de la faiblesse de l’investissement public urbain et qui permettra de créer une dynamique de développement urbain au plan local avec des répercussions positives sur les relatons villes-hinterland. « Le projet asphaltage est porteur de transformation des économies locales et renforcera la productivité économique urbaine et l’attractivité des villes concernés », a-t-il insisté. Tour à tour, les maires présents ont exprimé leurs gratitudes au Chef de l’Etat qui a vu juste en décidant, par cette initiative, d’améliorer les conditions de circulation, de rénover les principales zones d’habitat et d’activités et de réduire les niveaux de pollution. D’autres élus communaux, par contre, ont émis tout de même des inquiétudes par rapport au démarrage de la phase 1. C’est le cas de l’édile de Parakou. Charles Toko, faisant le constat selon lequel les travaux entrant dans le cadre de cette phase dans sa commune sont concentrés dans le 3ème arrondissement, son fief et celui du Chef de l’Etat dans la localité, a souhaité que le plan soit corrigé pour ne pas susciter des remous au sein de la population. « Ce sera un suicide politique », a-t-il scandé. Mais les réponses apportées par le ministre Didier Tonato ont pu le rassurer. Un autre projet majeur du gouvernement est celui relatif à l’assainissement pluvial à Cotonou et dans les villes secondaires. Pour ce qui concerne Cotonou, c’est plus de 238 milliards de francs Cfa qui sont mobilisés sur un total de 225 milliards. Un taux de bouclage estimé donc à 106%. La mobilisation des ressources financières a été possible grâce à la table ronde de Paris initiée par le gouvernement du Nouveau départ. Au total, six bailleurs ont accepté de sortir Cotonou des inondations cycliques par la réalisation de collecteurs d’eau. Il s’agit de la Banque mondiale, de la Banque islamique de développement, de la Boad, de la Bad, de la Banque européenne d’investissement et de l’Afd.

 Joël Samson Bossou