Spread the love
Katrina-Sharkey
Katrina Sharkey, représentante résidente de la Banque mondiale au Bénin

Le Bénin est en règle vis-à-vis de la Banque mondiale, a reconnu la Représentante résidente de l’Institution, Katrina Sharkey. Plus tôt, la presse locale avait accusé l’Etat béninois d’être dans le viseur de la Banque pour non-respect des échéances de remboursement des crédits et prêts qu’il a consentis.   
Le Bénin paie ses dettes et respecte ses échéances vis-à-vis de la Banque mondiale. Il est en très bon standing avec l’institution de Bretton Woods, a rassuré Katrina Sharkey, Représentante résidente de la Banque mondiale au Bénin au cours d’un entretien accordé au journal Le Matinal en juin dernier. Courant mai et juin 2016, des informations publiées par une certaine presse ont plutôt établi que le Bénin n’est pas un bon élève et pourrait voir sa coopération avec  la Banque mondiale prendre un  sérieux coup. La presse locale qui s’est inspirée  d’un document officiel adressé aux autorités béninoises par la Banque mondiale a publié la situation de certains prêts et crédits accordés au Bénin avec les engagements de remboursement. Au regard de ses engagements, le Bénin a accusé du retard pour les honorer. Ce qui aurait poussé les autorités de Bretton Woods à brandir des menaces de suspension de leur aide à financer des projets au cas où le pays ne respecterait pas la dernière échéance fixée.  Selon les médias locaux, il s’agit d’un préjudice grave qui met en cause toute la chaîne en charge de ces opérations, notamment le ministère de l’Economie et des Finances et la Caisse autonome d’amortissement (Caa). Au cours de nos investigations qui ont, non seulement permis de rencontrer la Représentante résidente de la Banque mondiale au Bénin, mais aussi d’échanger avec les personnes indiquées au ministère de l’Economie et des finances, il y a quelques jours, force est de constater que les échéances de remboursement des crédits et prêts  ont été respectées. Il se révèle que le document de la Banque mondiale intercepté pour alimenter la polémique est arrivé après le remboursement des échéances incriminées. Il revenait au Bénin d’en donner la preuve conformément au document susmentionné. Ce qui fut fait, a reconnu l’Institution de Bretton Woods. Le règlement des dettes du Bénin vis-à-vis de la Banque mondiale ne souffre d’aucun problème, a indiqué la Représentante résidente, Katrina Sharkey. « Il y a eu des échéances à payer et elles ont été réglées», a-t-elle affirmé. A propos de la correspondance de son institution aux autorités béninoises, elle regrette le traitement qui en a été fait par la presse. C’est un courrier standard que la Banque mondiale adresse aux pays partenaires à titre de rappel. « Il n’y a aucun problème entre le Bénin et le Groupe mondial », a persisté la fonctionnaire internationale. Katrina Sharkey a salué la célérité et la diligence avec lesquelles le Bénin, à travers la Caa, honore ses engagements. Elle a annoncé qu’au regard des relations excellentes que les deux parties entretiennent, il y a  un Programme très attractif en cours. La Représentante résidente rassure les nouvelles autorités de son engagement à les aider à lutter contre la pauvreté.  Rappelons que la Banque mondiale est active au Bénin depuis 30 ans et intervient dans plusieurs secteurs tels que l’accès à l’énergie, le transport, l’eau potable, la santé, l’éducation, la protection sociale, le climat des affaires, l’accès au financement des entreprises.

F.N