Spread the love
Théodore-HoloPlus la Présidentielle de 2016 s’approche, plus le vrai visage des présidentiables se fait dévoiler. Le boulevard leur est grandement ouvert, et les uns et les autres foncent tout droit afin d’être le prochain locataire de la Marina. Seulement, aux yeux de l’opinion publique, la compétition se joue à la déloyale, puisque d’aucuns estiment que l’article 62 du Code électoral est violemment violé par certains candidats.
L’article 62 du Code électoral est-il respecté par les différents aspirants au douillet fauteuil présidentiel ? Voilà la légitime question que se posent les Béninois, lesquels souhaitent la réponse de la Cour constitutionnelle à ce propos. En effet, l’article 62 du Code électoral déclare : « Les pratiques publicitaires à caractère commercial, l’offre de tissus, de tee-shirts, de stylos, de porte-clefs, de calendriers et autres objets utilitaires à l’effigie des candidats ou symbole des partis ainsi que leur port et leur utilisation, les dons et libéralités ou les faveurs administratives faits à un individu, à une commune ou à une collectivité quelconque de citoyens à des fins de propagande pouvant influencer ou tenter d’influencer le vote sont et restent interdits six mois avant tout scrutin et jusqu’à son terme ». Dans la pratique, c’est à une autre réalité qu’on assiste. Alors qu’il est clairement dit qu’à six mois de la tenue de tout scrutin jusqu’à son terme, les pratiques publicitaires à caractère commercial sont prohibées, c’est étrange de voir presque tous les candidats rivaliser d’ardeur pour la confection d’objets utilitaires à leur propre l’effigie. On a le sentiment que c’est six mois avant la tenue du scrutin qui est la période privilégiée pour s’adonner à cette pratique. Car, si tel n’était pas le cas, les différents candidats et leurs états-majors n’allaient pas, en ce début d’année, confectionner des calendriers qu’ils distribuent gaiement aux populations. Ils allaient plutôt craindre l’article 144 qui stipule que « toute infraction aux dispositions de l’article 62 du Code électoral est punie d’une amende d’emprisonnement d’un à deux ans et d’une amende de cinq cent mille à un million de francs Cfa ». Pour en avoir le cœur, le président de la Cour constitutionnelle, Théodore Holo, a le devoir de clarifier l’esprit de l’article 62 de ce Code. Les candidats qui réalisent des affiches et autres  sont-ils sur la bonne voie ? Aux sages de nous situer !
 
Joël Samson Bossou