Spread the love

BepcLa première délibération de l’examen du Brevet d’études du premier cycle (Bepc) session des 09, 10 et 11 juillet derniers a été donnée en début de soirée de ce jeudi 02 Août 2018 par le Directeur des Examens et Concours  du Ministère des Enseignements Secondaires Technique et de la Formation Professionnelle, Roger Koudoadinou. Les résultats  donnent  un taux de réussite de 28,63%. Une performance nettement inférieure par rapport aux résultats de 2017 qui était de 50,56%.

Le département du Littoral a arraché la première place avec un pourcentage de 40,36%. Il est suivi de l’Atlantique avec 34,26%, le Zou : 28,48%, la Donga : 28,14%, le Mono : 28,10%, l’Ouémé : 27,16%, les Collines : 25,26%. Les cinq dernières places sont respectivement occupées par  le  Plateau : 24,87%, le Couffo : 24,54%, l’Atacora : 20,84%, l’Alibori : 20,69% et enfin le Borgou, la lanterne rouge  20,00%. La proclamation des résultats est prévue pour le samedi 04 août 2018. La session de remplacement a produit un taux de réussite de 28,93%. Le pourcentage des candidats aveugles, amblyopes et sourds muets est de 61,70%.

Les raisons de ce faible taux d’admissibilité

Joint par la radio Océan Fm, le Directeur des Examens et Concours du Ministère des Enseignements Secondaires Technique et de la Formation Professionnelle, Roger Koudouadinou,  a évoqué les raisons qui justifient ce faible taux d’admissibilité. A l’en croire, l’année a été particulièrement mouvementée et cela a généré des phénomènes particuliers. « Dans beaucoup de départements, les candidats, à un moment donné, du fait de la grève, ont suspendu leur scolarité. D’autres sont allés en aventure, d’autres encore sont allés hors du pays. Quand la grève a pris fin et que les cours ont repris, nous avons pu observer qu’un grand nombre de candidats n’ont pas cru reprendre les classes et se sont juste contentés de venir en salle de composition pour prendre part à l’examen. Ils ont donc raté beaucoup de cours et n’étaient pas du coup à jour dans les connaissances avant de prendre part aux compositions. Il y a eu aussi un relâchement d’encadrement de la part des parents. Mais également il a été noté que le profil des enseignants pour ce qui est de certaines matières pose problème dans certains départements », a-t-il justifié.

Léonce Adjévi